Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet. Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie non jugé - premier jugement vers le 15 février 2021. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

samedi 9 janvier 2021

Normandelière et Biodiversité : l'année 2021 sera décisive

Site Novethic du 7 janvier 2021. One Planet Summit Biodiversité : la France donne le coup d'envoi d'une année cruciale
Biodiversité : "Chacun doit s'engager, chacun a un rôle à jouer" dit le président Macron.
Au Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, notre engagement contre le projet de port de plaisance de Bretignolles, détruisant une biodiversité terrestre et marine remarquable avec des espèces très protégées, est sans faille et notre rôle c'est de tout faire pour empêcher que ce projet se fasse, c'est notre combat pour la vie et, en 2021, c'est un combat exemplaire qui tombe bien dans une année cruciale pour la Biodiversité.
Il faudra que les élus locaux, ceux du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie en particulier, comprennent qu'il n'est plus temps de détruire un site terrestre et marin réservoir de Biodiversité, qu'il n'est plus temps de bétonner le littoral, qu'ils doivent être exemplaires au niveau local en respectant les consignes nationales. C'est une question de crédibilité.

Il faut se méfier de la bande à Chabot et à Fouquet qui a saccagé, à plusieurs reprises, le réservoir de biodiversité de la Normandelière (en octobre 2013, en juin 2014 et, bien sûr en octobre 2019: photo 1, photo 2) en détruisant dune, arbres, mares, haies, zone humide, ... Ce sont des prédateurs et ils sont prêts à sacrifier l'environnement pour un objectif économique


Le projet de loi issu des propositions de la Convention citoyenne a été envoyé le 8 janvier aux instances consultatives, dont le CNTE et le Cese, indique Matignon lors d’une conférence de presse. D’après la version de travail que plusieurs médias ont pu se procurer, le texte précise la manière dont le gouvernement veut imposer des objectifs chiffrés de lutte contre l’artificialisation dans les principaux documents d’urbanisme et d'aménagement du territoire (Sraddet, Scot, PLU) réalisés par les collectivités locales. La loi sera présentée en Conseil des ministres le 10 février, pour arriver en première lecture «en mars», prévoit Matignon.


Pour en savoir plus
Voir le texte sur l'artificialisation déposé à l'enquête publique
Lire les articles du blog du 11 septembre 2020 et du 20 décembre 2020

Lire la suite dans Plus d'Infos

Annick Girardin officialise à Saint-Malo un nouveau projet d'aménagement du sentier du littoral français

Pays de Loire - Quelle région voulons-nous à l'horizon 2050 ?

Val Tolosa : le long parcours juridique qui donne espoir ( à lire absolument)

Voir le site non construit (zone humide, terrains agricoles, ruisseau, réserve d'eau, ZNIEFF) que la bande à Fouquet veut usurper


Val Tolosa : le long parcours juridique qui donne espoir 
Quinze ans de lutte contre un méga centre-commercial
Dès janvier 2006, un collectif de citoyens se constitue. Composé de 500 adhérents, « Non à Val Tolosa » refuse le gigantisme, le sacrifice de terres arables. Sans relâche, il s’est battu pendant quinze ans contre les puissances publiques et financières, remportant une série de petites victoires devenant peu à peu grand succès. Aujourd’hui, sa lutte atteint un moment crucial, puisque les premières pierres n’ont jamais été posées et que les promoteurs se sont dits prêts à céder. 
Un long feuilleton judiciaire. Les élus, la préfecture et les aménageurs, en plus d’être complices, se sont montrés incroyablement têtus et ont exploité jusqu’au bout toutes les possibilités qui s’offraient à eux pour donner vie au projet
Une nouvelle jurisprudence pour redéfinir la notion d’intérêt général. Finalement, le 29 décembre 2020, la seconde double dérogation du préfet est annulée par la cour d’appel administrative de Bordeaux. Le collectif s’en réjouit, car les juges ont suivi leur raisonnement, en constatant l’absence de raison impérative d’intérêt public majeur du centre commercial et de la route. L’avocate se félicite que ce contentieux interminable ait permis au Conseil d’État d’élaborer une nouvelle jurisprudence. L’affaire nous éclaire enfin sur la manière dont on doit délivrer des dérogations à la destruction d’espèces protégées, qui sont en fin de compte l’un des derniers remparts du droit de l’environnement en France. Maître Terrasse note que la définition de l’intérêt public majeur, à notre époque, est en train d’évoluer dans le sens d’une meilleure prise en compte de la nature
 
Val Tolosa : le combat exemplaire qui doit nous donner confiance.
Ce projet économique est bien plus important que celui du port de plaisance de Bretignolles et pourtant il se fracasse sur l'intérêt public majeur, condition indispensable pour que la dérogation aux atteintes à la destruction d'espèces protégées soit réglementairement acceptable.
Le long parcours juridique du projet de Val Tolosa a de nombreuses similitudes avec celui de port Bretignolles, il s'oppose à de nombreuses autorisations préfectorales accordées par un Etat peu soucieux du contrôle de légalité, privilégiant l'économie au détriment de l'environnement.
Le combat citoyen donne des résultats, il ne faut pas céder devant les forces du pouvoir et de l'argent


Actu.fr du 8 janvier 2021Annick Girardin officialise à Saint-Malo un nouveau projet d'aménagement du sentier du littoral français. En visite à Saint-Malo, la ministre de la mer Annick Girardin a lancé le projet « La France vue-sur-mer ». Objectif : la redynamisation des sentiers du littoral national. « Il nous faut faire en sorte que ces sentiers du littoral soient présents sur tout le territoire français. Il est essentiel d’entretenir ces espaces naturels libres de passage » dit-elle 
Le projet « La France vue-sur-mer » ! Brétignolles vue-sur-mer avec un port de plaisance à la Normandelière, ce serait Bretignolles vue sur des récifs artificiels et des ouvrages portuaires, ce serait aussi des plages coupées à la promenade, ... un avenir exemplaire !!!!
Question : Qu'attend la municipalité de Bretignolles pour agir ? Voir l'article du blog du 9 août 2017 :  le sentier côtier à la Parée devient nécessité



Ouest-France du 9 janvier 2021. Pays de Loire - Quelle région voulons-nous à l'horizon 2050 ?

La région Pays de Loire sait les infrastructures qu'elle veut en 2050 et le nouveau port de Bretignolles n'en fait pas partie





OpenstreetMap : voir le site terrestre de la Normandelière que la bande à Fouquet veut accaparer et faire disparaître



5 commentaires:

  1. Pour résumer, Christophe Chabot et sa bande sont des marginaux.

    RépondreSupprimer
  2. Si on juxtapose le plan du projet et le plan openstreetmap du secteur, la zone humide n'existe plus.C'est le contre sens des orientations politiques pour l'environnement d'aujourd'hui et de demain.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir
    Nous en sommes a 14 mois concernant les appels d'offres et toujours pas un seul chiffre sur le fameux blog (de la vérité) .....hi hi hi sans doute pas terrible les infos
    encore une énorme fumisterie
    le plus fort a été de faire faire l'annonce (les appels étant trop élevés) lors d'un
    conseil de la C D C ....par le maire de Landevieille , toujours aussi courageux le chabot et aujourd'hui et ben il est parti

    RépondreSupprimer
  4. la zone humide est en bas à gauche
    lol

    RépondreSupprimer
  5. l'actu à brétignolles c'est le surf bio

    « 80 à 90 % des planches de surfs sont produites en Thaïlande et en Chine. Des pays où l’on fabrique des planches à partir de matériaux, issus à 94 % des produits de la pétrochimie. »

    pas le port

    RépondreSupprimer