Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet. Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie non jugé - premier jugement vers le 15 février 2021. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

samedi 14 juin 2014

Normandelière et des méthodes de voyou

Ce qui se passe actuellement sur le secteur de la Normandelière relève de méthodes de voyou et devrait indigner toute la population locale, le communiqué de Réunir Brétignolles rappelle la chronologie des événements.

Actualités du 14 juin 2014 - Réunir Brétignolles s'indigne des travaux à la Normandelière.
Lire le texte du communiqué dans Plus d'Infos.

Faut-il rappeler que le SIVS  est une structure syndicale intercommunale, regroupant les communes de Brétignolles-sur-Mer et de Brem-sur-Mer, propriétaire de la station d'épuration du Brandeau et du réseau de collecte des eaux usées (lire l'article du 11 octobre 2013 - Une bombe à retardement : la refonte du réseau d'assainissement des eaux usées)

Christophe Chabot et Christian Praud sont complices dans l'opération en cours sur le site de la Normandelière.

Sous prétexte d'une refonte nécessaire du réseau d'assainissement des eaux usées, ils profitent de l'opération de rénovation en cours pour déplacer le réseau, contournant ainsi le bassin virtuel d'un projet de port imaginaire. Cette opération inutile entraînera un surcoût de l'ordre de 500 000 euros entièrement à la charge des contribuables Brétignollais et Brémois. C'est un détournement d'argent public pour un projet qui n'est pas d'Utilité Publique, le projet de port de plaisance, et qui ne le sera jamais.

Aucune prise en compte du jugement du Tribunal Administratif de Nantes du 5 juin 2014.

Aucune information municipale sur le sujet, tout se passe en catimini, il faut aller sur le site de la Normandelière pour savoir ce qui s'y passe.
L'autorisation de signature du marché a été donnée, par le SIVS, le 26 mars 2014 (3 jours après les élections municipales) sans attendre que soient désignés, en conseil municipal, les nouveaux représentants des élus municipaux. Brétignolles-sur-Mer n'a désigné ses représentants au SIVS que le 9 avril 2014 (délibération N°2014-95).
La décision de lancer les travaux a été prise sans que le nouveau conseil municipal en soit informé.
Les travaux ont été lancés le 10 juin 2014, 5 jours après la décision du Tribunal Administratif de Nantes annulant l'achat de la ferme par la municipalité de Brétignolles-sur-Mer.
Les règles environnementales ne sont même pas respectées, une zone humide est touchée sans que les Autorités en soient averties.
Ils ne prennent même pas en compte le fait qu'il y aura des fouilles archéologiques sur le secteur.

Ce sont des méthodes de voyou qui devraient soulever l'indignation de toute la population locale et, peut-être même, la révolte.
C'est un système mafieux qui se met en place à Brétignolles-sur-Mer.

Patrick Chouquet, membre de la Commission Environnement de la commune de Brétignolles-sur-Mer, grand spécialiste des Zones Humides qu'il contribue à détruire sur le site de la Normandelière, est désigné titulaire du comité syndical du Sage Auzance Vertonne en charge de la préservation des Zones Humides sur la partie Sud de Brétignolles-sur-Mer ! (Actualités Ouest-France du 16 juin 2014 : La Mothe-Achard : La liste des membres du comité syndical)

La suite dans Plus d'Infos : le texte du communiqué de Réunir Brétignolles.

Le Syndicat Intercommunal Brem Brétignolles (SIVS), qui gère les eaux usées des deux communes, s’est réuni et a voté des travaux d’assainissement en mars 2014, au lendemain des élections municipales, avant même la prise de fonction du nouveau conseil municipal de Brétignolles.

Ces travaux concernent, notamment, une déviation des canalisations sur le secteur de la Normandelière.

Le 23 mai, Monsieur le Maire annonçait dans Ouest France que « des travaux de rénovation de réseaux » allaient avoir lieu « à côté du parking des camping-cars », mais il se gardait bien d’informer la population de ce déplacement de réseau
A ce moment-là, Monsieur le Maire savait qu’il avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête avec l’annulation plus que probable de l’achat de la ferme de la Normandelière par le Tribunal Administratif de Nantes. 

Le 30 mai, en toute hâte, l’ordre était donné de commencer les travaux pour un montant de 1.273.145€

Le 05 juin, la vente de la ferme est annulée par le Tribunal Administratif tandis que, le 10 juin, destravaux sont engagés pour détourner le réseau

Selon Réunir Brétignolles, «les travaux de rénovation du réseau d’assainissement sont nécessaires et auraient dû être réalisés depuis longtemps, pour autant, nous nous indignons de les voir entrepris dans l’urgence et, avant tout, pour contourner un projet de port qui n’a même pas été présenté. »

Comment des élus responsables peuvent-ils approuver des travaux de près de 1.3 millions d’euros alors qu’il n’y aucune justification réelle et sérieuse à ces déplacements de réseaux

Rappelons que 7 avis négatifs sur 7 enquêtes publiques ont sanctionné ce dossier et que Monsieur le Préfet de la Vendée a mis en garde, à de nombreuses reprises, Monsieur le Maire de Brétignolles del’infaisabilité d’un tel projet. De plus, aucune autorisation administrative n’a cautionné ce projet etaucun bureau d’étude n’a été mandaté.

En d’autres termes, une fois de plus, ce sont les contribuables et les abonnés au service de l’eau quipaieront ces surcoûts. Comme toujours, Monsieur le Maire veut s’affranchir des lois et passer en force tout en gaspillant l’argent public.

20 commentaires:

  1. Le gros problème de Brétignolles vient du nombre surdimensionné de résidents secondaires et de retraités venus s’installer sur la commune non par choix mais par rapport à leurs moyens pour devenir propriétaire sur le littoral.
    Parmi eux, majoritairement ayant voté pour Chabot et sa bande, se trouvent :
    - Soit des partisans du tout bling-bling projet de port et centre ville compris qui pensent accroître fortement leur patrimoine. Pseudos spéculateurs sans expérience et qui risquent au final de tout perdre. Pour une grande partie d’entre eux ils seront des victimes collatérales du désenrochement par explosifs des bassins portuaires si le port se faisait, leurs pavillons ne résistant pas aux ondes de choc.
    - Soit des adeptes de la politique de l’autruche, qui ne veulent ne rien voir, ne rien entendre et ne rien savoir. Ceux qui nous vilipendaient il y a quelques semaines au nom de leur tranquillité que l’on perturbait selon eux. Mais qui au final ils se rendent complice de pratiques mafieuses qu’ils n’ont certainement voulues.
    Auxquels s’ajoutent quelques béni-oui-oui locaux ayant ou croyant avoir quelques intérêts à suivre aveuglément leur « idole ».
    Chabot conscient de l’inertie de cette frange de la population tente une fois de plus de mettre le curseur un peu plus haut.
    Heureusement que la vigilance veille et se structure de plus en plus.
    Va-t-il falloir faire de Brétignolles un prochain Larzac ou Notre-Dame-des-Landes ?
    Chabot n’a toujours pas compris que Bretignolles n’est pas un terrain de jeu pour gamins capricieux, coléreux, teigneux et revanchards.
    Chabot ne sait toujours qu’il y a des lois qui s’appliquent à tous, donc également à lui.
    Mais non ! alors qu’il vient de se faire moucher grave par le TA, Chabot fanfaronne dans les médias et fait de la provocation sur le terrain.
    Le grave problème c’est que les dégâts de cette provocation sont irréversibles.
    Chabot n’a même pas la classe d’un mafioso ! il n’est effectivement qu’un petit voyou qui tôt ou tard passera par la case prison.

    Avec Chabot tout est possible, surtout le pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rappelez -vous ce que CC avait déclaré a propos des explosions (si le port se faisait...) : " si vos maisons sont fissurées aprés les explosions ,il faudra prouver que c'est à cause d'elles "

      Supprimer
  2. C'est quand la prison? Le temps nous parait long !

    RépondreSupprimer
  3. Maintenant une certitude, le littoral est aux mains des mafieux; une seule solution aller s'asseoir sur les tuyaux et empêcher des actes irréversibles et illégaux. A bas les petits dictateurs locaux; que le maire de Brem devenu complice du mégalo de Brétignolles daigne s'interroger sur sa représentativité. Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent mais honte aux élus qui n'arrêtent pas de retourner leur veste par intérêt. Beurk !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout à fait d'accord, on en a marre de se laisser marcher dessus sans réagir
      Mais qui pour organiser l'action ?
      La vigie ???
      Elle semble aux abonnés absents ...

      Supprimer
  4. Eux au moins ils bougent! http://www.scl-rhone.org/image/convergences

    RépondreSupprimer
  5. Il va falloir une action musclée comme pour l'aeroport de Nantes pour arrêter ce type ...Trop c'est trop !!!
    Que font les autorités de ce pays ? On ne peut pas l'arrêter ??????

    RépondreSupprimer
  6. Effectivement, il faut se fédérer, dans le respect du droit pour être plus efficace et plus visible surtout. L'on peut envisager des actions plus spectaculaires avec pour but d 'interpeller l'Etat , du moins ses représentants, pour qu'à Brétignolles , les lois ne soient plus bafouées!
    Quant à Brem sur mer, il sait très bien manœuvré pour son compte personnel avec comme devise la très catho " faites ce que je dis pas ce que je fais!......"

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi la Vigie ne declenche-t-elle pas une manifestation sur le site de la Normandeliere pour avoir un article dans OF.
    A la Chaume, ils manifestent contre le betonnage, ils sont une vingtaine et OF parle d'eux

    RépondreSupprimer
  8. il faut créer une ZAD, il y a bien des vendéens à NDDL pourquoi ne viendraient-ils pas à Brétignolles ?
    Que chabot n'oublie que lorsque qu'ils ont voulu mettre une centrale nucléaire chez nous, la contestation locale les a mis "dehors". Cela pourrait bien arriver de nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La contestation locale a été aux élections de 43 %. C'est à ces 43 % de concrétiser une contestation de terrain là où il se passe des choses anormales à Brétignolles.

      Supprimer
  9. Débarrassons nous de ces gens dont le seul but est de profiter et de profiter encore. C'est malheureux, mais en France, le seul moyen d'être entendu, c'est celui de Chabot: montrer ses muscles. 43% de la population voulaient s'en débarrasser, ne laissez pas tomber ceux qui ont cru en vous. Montrons nous et montrons que nous ne laisserons pas faire n'importe quoi!

    RépondreSupprimer
  10. moi je suis partant pour un petit meeting afin de voir quoi faire, par contre, ou (sur les lieux du chantier serait le mieux, non ?) et quand (jour, heure ?) Pour moi, pas avant 17h30.
    Qui peut diffuser largement l'info pour le rdv ?
    Par exemple, demain 18h30 devant la ferme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec Bruno.
      Je serai demain lundi 16 juin a 18h30 a la ferme
      Venez nous rejoindre.
      Faites passer le message.
      On ne peut laisser des hors la loi prendre possession de la Normandeliere
      Merci.
      Il serait bien que la Vigie relaie l'appel de Bruno

      Supprimer
    2. Bonne initiative !
      Concernant la création d'une ZAD, logiquement c'est La Vigie qui a déjà ce rôle. Sa tâche n'est pas terminée tant que l'avenir de La Normandelière ne sera pas protégé. Et il y a du pain sur la planche...

      Supprimer
    3. Attention, ce soir,je n'y vais pas dans l'esprit de monter un conflit, je serai là bas pour essayer de faire un constat, un état de lieux, comprendre de visu ce qu'on ne nous explique pas et voir si des Brétignollais sont prets à s'investir pour leur ville, à prendre des choses en main par eux même et ne pas rester d'éternels assistés !

      Supprimer
    4. Je suis d'accord avec Bruno.
      L'appel de ce soir n'est pas un appel à manifester mais une proposition de déplacement sur le terrain pour faire un constat public des conséquences environnementales des opérations de terrassement autorisées par la municipalité de Brétignolles-sur-Mer pour déplacer le réseau d'assainissement des eaux usées (une opération inutile que la municipalité lie à un projet de port abandonné)

      L'association la Vigie prépare la riposte, l'association ne peut accepter les conséquences environnementales d'une opération inutile. Si elle organise une manifestation, elle le fera avec toutes les autorisations nécessaires.

      Supprimer
  11. je suis d'accord pour déclencher un mouvement comme à Notre-Dame des Landes :il faut arrêter ce triste personnage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il serait peu productif de pousser trop loin le parallèle avec ND des Landes. Le contexte est bien différent . Là-bas , l'enquête publique a été positive , pas ici. Là-bas , l'Etat est favorable au projet , pas ici. Là-bas , le projet est officiellement supportépar de nombreux partenaires publics et privés très crédibles, pas ici, etc ..., etc ...
      Ici , le pseudo-projet est seulement incantatoire.

      Supprimer
  12. D'accord pour faire un constat et un état des lieux que ce triste personnage est en train de vandaliser. S'il faut manifester plus tard, nous saurons nous mobiliser.

    RépondreSupprimer