Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

jeudi 25 février 2021

Normandelière et Port Bretignolles : la commission de médiation a-t-elle encore un intérêt ? Pour moi, c'est NON

Journal des Sables du 25 février 2021 - Pays de Saint-Gilles. Un point sur la commission de médiation du port de plaisance

Tout se passe comme si les médias locaux avaient reçu l'ordre de ne pas pointer l'information la plus importante du conseil communautaire du 18 février 2021, soit la révélation officielle et publique du coût du projet, afin de ne pas condamner l'existence même de la commission de médiation !

Lire l'article du 19 février 2021Port Bretignolles : passage au rouge , l'avis de la commission d'enquête considéré comme défavorable

Il est logique de se poser la question : Quel est l'intérêt d'une commission de médiation sur le projet de port de Bretignolles aujourd'hui ?

La seule information qui compte, celle qu'il faut retenir aujourd'hui, celle qui doit mettre fin immédiatement au projet de port de Bretignolles, c'est celle concernant le coût des travaux portuaires définis dans le dossier de port soumis à l'enquête publique de 2018. Tout le reste n'est que blabla, gesticulations, perte de temps et d'argent, .. !

Nous savons que l'avis de la commission d'enquête de 2018 est désormais considéré comme défavorable

Nous savons l'objectif fixé par la commission d'enquête de 2018 (la réserve), retenu par le préfet de Vendée pour la DUP : "Contenir dans une enveloppe de 30 millions d’euros le coût net HT des travaux portuaires (valeur 2017) - subvention départementale de 3 millions d'euros déduite"

Nous savons le coût le plus bas proposé par des entreprises pour ces travaux : 49,4 millions d'euros (de l'ordre de 50% au dessus de l'objectif). Ce n'est pas en supprimant un pont ou en modifiant quelques ouvrages qu'on atteindrait l'objectif, sachant que toute modification de la définition du projet soumis à l'enquête publique de 2018 nécessiterait de nouvelles études et une nouvelle enquête publique.

Monsieur le président de la communauté de communes, vous devez prendre vos responsabilités, ne pas faire de concession à la municipalité de Bretignolles , appliquer les règles et mettre fin à cette commission de médiation qui, dans le contexte d'aujourd'hui, n'a aucun intérêt et, en prenant en compte les données sur les coûts, faire voter le conseil communautaire pour annuler la déclaration de projet du 4 avril 2019. Il est temps de passer à un autre projet de territoire pour le Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie comme vous l'avez promis. 

Sur l'aspect réglementaire et compte tenu des engagements pris par les promoteurs du projet, ce n'est plus la commission de médiation qui a le pouvoir aujourd'hui de décider de l'abandon ou de la poursuite du projet de port de Bretignolles. La commission de médiation n'a qu'une finalité politique sans portée juridique. 

Informations complémentaires

1 - Réaction de l'association La Vigie au jugement du recours contre Le SCoT et aux résultats des appels d'offres rendus publics en conseil communautaire : voir site de la Vigie 

La Vigie rappelle que la commission d’enquête a embrouillé les administrés et les juges, La coupure indiquée et cartographiée au POS de 98 est bien à la Normandelière au sud du bourg et non pas sur le secteur des terres appelées ‘’Les Granges’’ tout au sud de la commune en rétro littoral de la plage des dunes et que le DDALL mentionne parce qu’elle est déjà et avant tout un espace naturel protégé (Natura2000).

Lettre envoyée au préfet de Vendée le 22 février 2021 - Réponse attendue


2 - 11 ans après Xynthia, le Journal Ouest-France consacre un gros reportage au recul du trait de côte dans son édition du 26 février 2021 - voir des extraits

Voir l'article sur internet - Ouest-France du 26 février 2021 - Enquête. Face à la montée des eaux en Vendée, les habitants sont-ils prêts à reculer ?

Naturellement nous traduisons de manière provocatrice :
Avancer face à la montée des océans, la question est tranchée par quelques élus voyous du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie !
Le vrai sujet de l'avancée, c'est celui de l'argent plein les poches !
A Bretignolles-sur-Mer, un cas d'exception !
.... 
Je fais confiance à votre imagination


Le projet d'aménagement portuaire de Bretignolles est un projet d'urbanisation, d'artificialisation du littoral, qui fait entrer la mer dans les terres, qui rapproche donc les habitations de la mer dans une période où on nous parle de "recul stratégique", de "véritable prise de conscience des élus du changement climatique", ... Est-ce bien sérieux ?
La communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie doit montrer l'exemple, ne plus accepter de projet d'aménagement du littoral modifiant le trait de côte et faisant entrer la mer dans les terres. Si le recul stratégique devient incontournable dans le projet de territoire du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, l'avancée de la mer dans les terres ne peut l'être. Il n'y a pas besoin d'une commission de médiation pour expliquer cela, les élus doivent le comprendre s'ils veulent rester crédibles !

Par cet appel à projets « Pays de la Loire – Port de plaisance innovant », la Région entend soutenir les projets d’innovation dans les ports de plaisance pour permettre l’émergence du port du futur.
... susciter l’évolution globale des aménagements portuaires ligériens pour s’adapter au nouveau modèle de la plaisance.

Le nouveau modèle de la plaisance, ce n'est pas celui proposé par les promoteurs du projet de port de plaisance de Bretignolles. On l'avait déjà compris lors du lancement de l'appel pour des ports à sec fin 2018
La Région Pays de Loire lâche définitivement la bande à Chabot et soutient désormais François Blanchet et son projet de territoire. François Blanchet, conseiller régional des Pays de Loire devrait être conforté lors des prochaines élections régionales.

Lire la suite dans Plus d'Infos

Extraits du Journal des Sables du 25 février 2021

Recul du trait de côte : que feront les parlementaires ?

Eolien offshore: les parcs naturels marins seraient-ils des parcs de papier?

Jugement sur le SCoT - Commentaire de Agir pour Bretignolles

Il y a 11 ans : XYNTHIA, de biens tristes souvenirs

Extraits du Journal des Sables du 25 février 2021

Voir l'article internet du 18 février 2021. Le projet de port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer franchit un nouvel obstacle judiciaire

Petite interrogation

Une des conclusions du jugement sur le SCoT : le Tribunal administratif de Nantes ne reconnaîtrait pas le site de la Normandelière comme espace remarquable ?

Si le préfet de Vendée a signé, en 2019, une dérogation à l'interdiction de destruction d'espèces protégées là où le port devrait se réaliser, c'est bien parce qu'il y avait, sur le site de la Normandelière, des espèces protégées par des réglementations européennes et françaises, n'est-ce pas une des caractéristiques d'un espace remarquable ?


Ouest-France du 24 février 2021Bréhal. Recul du trait de côte : que feront les parlementaires ?. En mars, les députés débattront d’un texte relatif au recul du trait de côte. « C’est un rendez-vous que nos parlementaires ne doivent pas manquer ; cette fois, ils vont devoir se positionner face au problème de l’érosion dunaire et au risque de submersion »


Le blog de Laurent Bordereaux du 20 février 2021. Eolien offshore: les parcs naturels marins seraient-ils des parcs de papier?. La perspective d’une centrale éolienne en mer d’Oléron, au cœur d’un parc naturel marin, invite à s’interroger sur la compatibilité d’un tel projet avec les exigences du droit de l’environnement, et ce à l’heure où l’État prétend renforcer sa politique de préservation de la biodiversité marine


24 février 2021. Jugement sur le SCoT - Commentaire de Agir pour Bretignolles


Il y a 11 ans : XYNTHIA, de biens tristes souvenirs

Revoir l'article rédigé pour les 10 ans

Revoir le "Plus jamais ça" de Philippe de Villiers, c'était le 5 mars 2010 : "Je demande aux maires des communes du littoral de ne plus construire en bord de mer" ! 

Philippe de Villiers avait lâché Christophe Chabot dès mars 2010

Aujourd'hui, Christophe Chabot est politiquement mort et les responsables comme Bruno Retailleau qui ne vivent que de politique n'ont plus aucune raison de le soutenir. Par opportunisme politique, ils vont soutenir l'homme fort de la future communauté d'agglomération, celui qui monte et s'est fait une place au niveau de la Région Pays de Loire, François Blanchet.

Sur le littoral vendéen, il y aura deux personnalités politiques sur qui il faudra compter et qui devront coopérer, en particulier au niveau de l'avenir du nautisme et de la plaisance : Yannick Moreau et François Blanchet.

Ne jamais oublier que c'est Yannick Moreau qui a appelé à ne pas voter Laurent Boudelier aux dernières élections municipales et qui, d'une certaine manière, a contribué à la mise en place de la nouvelle gouvernance du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

25 commentaires:

  1. Le moment venu, la nouvelle majorité communautaire mettra fin au projet. Ils ont d'autres projets en tete et ne veulent pas de celui ci, trop couteux et embarrassant

    Depuis le début, c'est son souhait et personne n'est dupe, cette commission de médiation, évoquée par Chabot dans son discours à la présidence et demandée par Fouquet au nouveau président n'est qu'une concession faite au Clan brétignollais pour faire passer plus "délicatement" la pilule

    Si le projet avait été annulé dès la nomination de Blanchet, sans concertation, ça aurait été un très mauvais coup politique de la nouvelle majorité. Avec cette commission qu'ils souhaitaient tant, Chabot et Fouquet ne pourront pas venir pleurer et crier au scandale le jour ou, en connaissance de tous les éléments, le conseil communautaire mettre un point final au dossier.

    RépondreSupprimer
  2. Quid du moratoire et du référendum dans le pays de Saint-Gilles? ( 2 promesses sur le projet du port - Juillet 2020 -)

    RépondreSupprimer
  3. Bien d'accord; cette commission n'a plus aucun intérêt. Il est grand temps d'enterrer définitivement ce mauvais projet toxique et de passer à autre chose d'utile pour tous les administrés

    RépondreSupprimer
  4. La Commission de médiation !

    Bien sûr que désormais, toute décision de cette commission de médiation serait nulle et non avenue, dans la mesure où la réserve de la commission d'enquête sur le montant des travaux du projet, n'a pu être levée !

    Vu du côté de Mr Blanchet, il faut dire que la tâche n'est pas facile !
    Allez faire comprendre sèchement aux déchaînés que sont Chabot, Denéchaud et consorts que l'abandon du projet est prononcé, sans précaution diplomatique, ç'eût été provoquer la révolution locale de quelques obsédés, plus entêtés que des ânes !

    Disons qu'avec cette commission de médiation la chute sera moins brutale et leur souhait aura été pris en compte.
    Mais à contrario on peut aussi considérer qu'il y a une énorme perte de temps et de moyens ! et que cette commission de médiation ne vaut pas plus qu'une commission THEODULE !

    Mais le problème c'est que pour les pro-ports, dont le Q.I. est quand même limité, sans être méchant, la commission de médiation ne peut que délibérer en faveur de la réalisation du port. Pour eux c'est une évidence !
    Ils s'en foutent d'une réserve de commission d'enquête reprise dans l'arrêté Préfectorale d'autorisation du port et d'un avis défavorable.

    Ils veulent un port ! Point !
    Et de port, il n'auront point !

    Donc Mr Blanchet a peut-être raison de les satisfaire en laissant cette commission de médiation THEODULE fonctionner, même si çà ne sert à rien. L'heure n'est pas encore tout à fait arrivée pour leur annoncer la mauvaise nouvelle !

    RépondreSupprimer
  5. Il est évident que Chabot, Denechaud et peut être d'autres élus de la CDC connaissaient le montant du premier appel d'offres et que depuis ils doivent préparer une stratégie pour faire passer la pilule. Ils en ont lancé un deuxième stoppé par Blanchet. Comment des entreprises pourraient baisser de 20 millions pour un même projet ? Chabot et sa bande n'ont qu'à tenir leurs paroles et retirer d'eux même le projet, ils en sortiraient grandis. Mais Chabot a déjà tellement trahi sa parole sur ce sujet comme bien d'autres, il continuera le combat. Il reste donc au préfet à tenir son rôle, stopper le projet qui ne lève pas la réserve, lui doit quand même tenir ses engagements sinon c'est grave.

    RépondreSupprimer
  6. Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste
    (source wikipedia)
    L'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste est une association française de type loi de 1901, fondée en avril 1990, qui chapeaute le groupe Ouest-France.
    Elle a été voulue avant tout par François Régis Hutin, le président du directoire du quotidien régional Ouest-France pour mettre son journal à l'abri d'un rachat : « Cette association est la gardienne du temple. Le temple, c'est l'esprit du journal1 ». L'association possède à 99,99 % la Société d'investissements et de participations, le Groupe Sipa-Ouest‑France.

    Le montage juridique a été élaboré avec le concours de l'avocat Francis Teitgen.

    François Régis Hutin, indique : « Nous sommes une association à but non lucratif et ne distribuons pas de dividende. Il n'y a pas d'actions. » « Ce montage a rendu caduque toute spéculation capitalistique et mis hors d'eux les patrons de presse2 », « Donc notre indépendance, si nous savons gérer, est assurée définitivement. Et cela continuera longtemps après moi ». Il y insiste en soutenant que l’objectif de l'association « n'est pas d'abord le profit, mais l'information ».

    Selon le Syndicat national des journalistes (SNJ), ce montage permet surtout de servir des dividendes substantiels aux actionnaires de Sofiouest, souvent présentée comme « la machine à cash du groupe ». Le SNJ affirme qu'en 2008, quelque 13,6 millions d'euros leur ont été distribués2.

    L'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste est présidée par le journaliste Jacques Duquesne.

    RépondreSupprimer
  7. SOFIOUEST (source wikipedia)

    Sofiouest1, société d’investissement et de participation, investit dans des entreprises. En complément, elle compte quelques participations financières (notamment dans le media 20 Minutes) et elle investit dans l'immobilier d'entreprise avec le Groupe Mazureau.
    Sofiouest est l’ancienne société éditrice du journal Ouest France, qui en 1990 a cédé les actifs du journal à une nouvelle société d’édition, elle-même filiale d’une Association loi 1901 via la holding SIPA. Grâce au produit de cette cession, Sofiouest a commencé à prendre des participations dans différentes entreprises, notamment le groupe SPIR Communication. Depuis 2010, les actifs de SPIR ont été progressivement cédés. Sa participation dans Le Bon Coin a été vendue en 2010, Regicom en 2016, La Centrale et Adrexo en 2017, Logic-Immo le 1er février 2018.

    Depuis fin 2015, Sofiouest déploie une nouvelle stratégie d’investissements en direction d’une part de startups « last stage » de l’économie numérique, dans l’immobilier d’autre part.Sofiouest a pour actionnariat le Groupe SIPA-Ouest France (51,26 %), le Crédit Mutuel Arkea (11,48 %) et des particuliers, issus des familles actionnaires historiques de Ouest France2. Sofiouest agit de façon autonome.

    Elle mène une stratégie de portefeuille diversifiée entre participations dans des entreprises, investissements financiers et immobiliers.

    Depuis 2016, Sofiouest a ainsi investi dans des last stage startups : Klaxoon (solutions collaboratives d’entreprises)3, Oxatis (logiciel e-commerce), Inbox (logiciel de data marketing)4, Lengow (plateforme de connexion à des sites e-marchands), Sellsy (suite logicielle permettant de piloter l’ensemble du cycle client), S4M (plateforme de publicité sur mobile)5, Ouiflash (communauté professionnels de l'image), Bruce (site de recrutement) et Phenix (gestion intelligente des invendus et des déchets).

    En parallèle, Sofiouest investit indirectement dans deux fonds : le fonds d’amorçage géré par Arkea Capital, West Web Valley et le fonds de croissance Ring Capital.

    Sofiouest compte également des participations financières dans des grands groupes (Société Générale, M6, 20 minutes) et dans l’immobilier industriel (plateformes logistiques, sites d’usines...) avec le Groupe Mazureau.
    La direction générale déléguée est assurée par Patrice Hutin depuis fin 2016. Patrice Hutin est aussi administrateur de Sofiouest, ainsi que de SIPA, la société actionnaire d’Ouest France.

    Pour l’investissement dans les entreprises de croissance, Sofiouest s’appuie sur les compétences d’Arkéa Capital dont l’activité est pilotée par Pierre-Emmanuel Boulic.

    L'ensemble des opérations sont visées par un Conseil d'Administration présidé par Georges Coudray. Ce conseil a nommé quatre nouveaux administrateurs début 2018

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liberté de la presse ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
      Le plus humble stagiaire du plus modeste sous-bureau de Ouest-France sait cela.
      Quand va-t-on nous révéler la vérité sur les réponses aux appels d'offres du projet de port artificiel de Brétignolles-sur-mer ?

      Supprimer
  8. Un vote d'élus comme finalité de cette commission de médiation qui n'a aucune légitimité !... Hiérarchiquement bien en-dessus il y a la DUP du préfet avec une réserve portant sur un coût plafonné à 30 millions d'euros HT pour la réalisation du port de Brétignolles-sur-Mer ; réserve non-levée puisque les appels d'offres ont été infructueux. C'est cette décision qui prime sur une commission fantoche qui veut nous la "jouer démocratie"....
    Ici il ne s'agit pas d'une histoire de querelles de voisinage avec un médiateur qui doit trouver un terrain d'entente entre les parties, il est question d'un sujet d'une portée autrement périlleuse qui met en jeu la destruction de l'environnement, la sécurité littorale d'une commune, des riverains et des navigateurs utilisateurs d'un port. C'est ni un terrain de boules, ni une bassinoire, ni la promenade pour toutous à mettre en oeuvre.

    RépondreSupprimer
  9. Comme beaucoup d'intervenants sur ce blog - à la différence des vociférations des pro ports - vous avez parfaitement raison, anonyme de 13.48, en posant ainsi le problème dans l'évidence concrète de sa réalité. Que ceux dans face passent leur chemin...

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    Maintenant que nous connaissons le montant des travaux de la construction du port et que celui-ci dépasse de 2/3 le montant maximum autorisé par le préfet, à quoi sert une concertation sur la possibilité d'entreprendre ces travaux puisqu'ils ne peuvent plus être autorisés par l'état (le préfet).
    Il faut peut-être réfléchir à se retirer de la commission d'enquête puisqu'elle ne sert plus à rien et le faire savoir dans la presse locale.

    RépondreSupprimer
  11. St Gilles croix de Vie est la vitrine du PSG, le touriste qui descend du train se retrouve sur les ports après que le train soit passé devant l'entrée du port. Améliorons le port de croix Vie et il y aura des retombé sur tout le pays?

    RépondreSupprimer
  12. l enlèvement du m3 de gravats a Roscoff était 18 euros
    a la Rochelle (vase) 15 euros
    a Brétignolles 2 millions de m3 (mini) 15 euros total = ......
    "je suis content que tout ce cirque s'arrète"
    mais qui a crée ce cirque
    qui ment depuis 20 ans
    pour avoir discuté avec qq pro-port ils commencent a voir de plus près la supercherie

    pro ou anti port il n'y a plus qu'a regarder la vérité sur le port de la honte

    RépondreSupprimer
  13. Silence de mort sur le blog des pro-ports ?

    Depuis, près de 4 jours, un seul commentaire a été fait, plus un autre très court, mais emprunt d'inquiétude qui demande :

    " Qu'en est-il du rassemblement républicain annoncé sur le site de BVSP, le samedi 27 mars 10h à Saint Gilles Croix de Vie ?"

    Aucune réponse !

    Habituellement très prolifique, jours et nuits, en commentaires, le blog de Chabot, où Denéchaud s'époumone à longueur de journée, en insultes et autres gracieusetés, vis à vis des opposants au port et des élus de la Com. Com.,( en particulier du Président Mr Blanchet ).

    Eh bien ce blog est devenu muet ?

    - A en croire le court commentaire, le rassemblement républicain, et non la manifestation,( Quand on veut tenter d'être candidat en politique à un poste on ne manifeste pas, on organise un rassemblement républicain ! ) en aurait-il un "coup dans l'aile" ?
    - Y aurait-il de l'eau dans le gaz, entre tous ces obsédés du port ?
    - Est-ce que les por-port auraient perdu la foi ?
    - Les pro-port commenceraient-ils à mesurer le ridicule de leur comportement ?
    - Est-ce que les déchaînés de pro-port commenceraient à comprendre que la fête est finie ?
    - Est-ce que le peu de crédibilité de tous ces pro-port, serait en train de fondre comme beurre au soleil ?
    - Est-ce que Denéchaud aurait été rappelé à l'ordre. C'est dommage, son exercice commençait à devenir intéressant ?
    - Est-ce une énième manoeuvre consistant à "reculer pour mieux sauter" ?

    Nous allons sans doute être éclairés rapidement sur tout cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suite a la cyberattaque chez Benett'
      le responsable informatique a d'autre chats a fouetter que son blog

      Supprimer
  14. Postes de secours sur pilotis à Brétignolles à cause du retrait de cote pourtant à Bréti il n'y a pas d'érosion tout baigne mais cette histoire de pilotis ça laisse quand meme des doutes messieurs de BVSP.

    RépondreSupprimer
  15. Le Docteur ès projet de port se réveille !

    Dans un commentaire de Denéchaud, de ce matin à 7h30, où il assène des conneries habillées en vérités, le Docteur de BVSP, en raconte une de plus en écrivant :

    "Nous avons un DUP (décret d'utilité publique) avec toutes les réponses aux questions intelligentes et précises " !

    Très éclairé sur tout, Denéchaud ne sait pas encore que DUP ne veut pas dire "DECRET", mais "DECLARATION D'UTILITE PUBLIQUE" !
    C'est la démonstration de ses limites intellectuelles !

    Et il rajoute :

    " Le Préfet ne peut prendre la décision sur un DUP sans avoir analysé tous les sujets qui pourraient lui poser des problèmes où des remises en cause "

    Charabia incompréhensible ? Qu'est-ce qu'un Préfet qui prend un DUP ?
    Le décret n'est pas un acte de Préfet, mais de Ministres ou Président de la République !

    Et enfin la cerise :
    "Merci Monsieur Le Préfet de nous avoir accordé ce DUP " !

    Si Mr le Préfet lit cela il va être flatté !
    MDR ! au sujet du niveau de connaissance du droit administratif de l'ex-S.G.

    Souvenir - Souvenir !......

    RépondreSupprimer
  16. Le savant pas compter, chou Dénéchau fait pas la différence entre 30 et 50 millions, olé pour ça qu'la eu son sac
    chou martyre.Un beau coup de pied au cul o fé dou bien d'temps s'en temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anonyme maintenant il est urgent d'attendre avec le moratoire sur le projet du port toutes les dépenses sont suspendues ,alors attendons la fin de la médiation et là on verra si nos maires et conseillers communautaire de nos petites communes s'ils sont pour ou contre le port de brétignolles !!! c'est toujours à la fin de la foire que l'on compte les bouses

      Supprimer
  17. conseil communautaire Challans jeudi soir
    ce matin (samedi) un papier dans ouest france (canard)
    a st Gilles ils ont oublié le journaliste a l'intérieur de la "BALISE"
    aux dernieres nouvelles il aurait pris peur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant la sortie est bien balisée ��

      Supprimer
  18. Denéchaud a toujours des insomnies !

    Pour parodier son dernier commentaire de ce jour à 0h26 ! visant Jean-Yves, on peut lui répondre ceci:

    -Denéchaud disait en 2011 que les opposants au projet n'était qu'une poignée !
    -Denéchaud disait aux membres de la commission d'enquête de 2011, que chabot
    désirait les recevoir à sa table et qu'ils ne manqueraient de rien !
    -Denéchaud disait qu'à Bretignolles il n'y avait pas de source d'eau douce et
    de ce fait les futures eaux salées du port ne pourraient pas se mélanger avec
    les eaux douces, alors que plus d'une demi-douzaine de puits ont été recensés!
    -Denéchaud disait que l'eau de la carrière du Bréthomée était de l'eau de pluie
    -Denéchaud disait que son fichier de demandes d'anneaux comportait en 2011,
    1950 demandes, alors qu'il y en avait moins de 600 réellement !
    -Denéchaud disait, disait, disait, que des conneries, mensonges, manoeuvres
    frauduleuses, pour magnifier le projet de port de son maître.
    Manoeuvres, qui ont coûté aux contribuables de Bretignolles et de la com. com.
    et qui pourraient bien un jour le conduire devant la justice !

    RépondreSupprimer
  19. J'ai rencontré hier des pro port de la première heure. Ils se rendent compte aujourd'hui que ce projet est irréalisable. Ils se rendent compte que le promoteur du projet a menti et les a baladés sur plusieurs points.
    Cette discussion de 3 heures m'a fait un bien fou. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer.......

    RépondreSupprimer
  20. Gonflé Denéchaud !

    Dans son dernier commentaire d'hier sur son blog, Denéchaud fait fort !
    Imitant en cela son mentor Chabot, il insulte quelqu'un que nous connaissons bien, en disant : "Un homme qui n'est rien et qui depuis des années est derrière son petit clavier.....insultant le Préfet " etc.. etc...
    Plus c'est gros, plus çà passe !

    En fait lui, l'ancien employé aux petites écritures, traite un homme ayant la formation d'ingénieur de "rien", c'est fort, très fort, mais c'est tout à fait le style de Chabot !
    Quant à avoir insulté un Préfet, je n'en ai personnellement aucun souvenir.
    Par contre, Chabot lui, l'a déjà fait, en plus il a insulté la DREAL des Pays de Loire, les Commissaires Enquêteurs, les différents services de l'Etat etc... etc... ! de cela tout le monde se souvient, sauf Denéchaud peut-être ?

    Aucun scrupule, aucune gêne, sans vergogne Denéchaud le déchaîné, poursuit sa stratégie, dictée par Chabot :
    "Si je ne suis pas élu le PSG sera à feu et à sang" !

    Passons sur les autres grossièretés du commentaire et examinons la conclusion :

    "On fait quoi ? Nous qui avons l'autorisation d’un port ? Cette mascarade va durer longtemps ?".

    Même Dénéchaud, fait semblant d'ignorer que la réserve de la commission d'enquête n'ayant pas été levée, l'avis de la commission devient défavorable !
    C'est de la plus haute stupidité. Il se détruit définitivement, alors qu'il aime pourtant jouer les "sachants" sur son blog !
    En fait, il ne sait rien du tout, en dehors du désir obsessionnel de vouloir la réalisation du port de son mentor.
    C'est un comportement surprenant pour un fonctionnaire de collectivité territoriale, obligé comme les fonctionnaires d'Etat à un comportement de neutralité absolue !
    Y aurait-il anguille sous roche ?

    Souvenir....Souvenir !.......

    RépondreSupprimer
  21. Denéchaud comme il le fait fréquemment, pète les plombs à nouveau, en insultant !

    Dans un de ses commentaires de ce jour à 13h00 sur son blog politique, il te traite Jean-Yves, de freluquet et de "neuneus" tous ceux qui te soutiennent et de bien d'autres insultes !
    Bien sûr la raison est simple, c'est le résultat du jugement du tribunal des Sables qui lui monte à la tête !
    Je suis désolé Jean-Yves, d'en arriver là, mais on ne peut pas laisser passer cela, c'est tout le monde que Denéchaud insulte. Il faut rendre coup pour coup !

    En lui répondant que lui n'est pas un freluquet, mais un grand c.., propre à rien ! sinon à contribuer avec son maître à dilapider les fonds publics !

    Il reproche que depuis 14 ans, il y a des opposants au port, mais si le projet de Chabot avait été respectueux des êtres humains et de l'environnement, il y a un moment qu'il serait réalisé et dans ces conditions les opposants n'auraient pas pesé bien lourd, çà coule de source !

    Cet individu devient décidément très dangereux et j'ai l'impression que depuis 14 ans, ce sera la seule promesse que Chabot et Denéchaud auront tenue :
    "Mettre à feu et à sang la com. com !" pour reprendre l'expression de Chabot !

    RépondreSupprimer