Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet. Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie non jugé. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

vendredi 20 septembre 2019

Normandelière et Port Bretignolles : un conseil communautaire à mettre sous surveillance citoyenne

Ordre du jour du conseil communautaire du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie du 26 septembre 2019





Point 19 - Délégation du Conseil Communautaire au Président pour la réalisation du prêt de financement du port de plaisance de Brétignolles sur Mer

Coût et montage financier : Rappel des données fournies à l'enquête publique et des engagements pris par la communauté de communes lors de la déclaration de projet du 4 avril 2019, informations communiquées au préfet de Vendée le 12 avril 2019.

Le montant du prêt est de 30 732 729 euros souscrit sur 30 ans à un taux estimé à 2,25%
Ce qui signifie :
1 - sans surcoût, si le port était rempli dès le premier jour et sans investissement nouveau pendant 30 ans, le projet ne coûterait rien aux contribuables. Pendant 30 ans, les budgets annuels seraient à l'équilibre et ce n'est qu'au bout de 30 ans d'exploitation que la communauté de communes en tirerait des bénéfices conséquents.
2 - avec des surcoûts de réalisation inévitables, un port pas rempli dès le premier jour, de nouveaux investissements indispensables pour améliorer les performances du port et répondre aux besoins des usagers, des coûts d'exploitation non maîtrisés (opérations de dragage en particulier), c'est tout l'édifice financier qui s'écroulerait et, pour effacer les déficits annuels, il faudrait inévitablement faire appel aux contribuables du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Le premier scénario est théorique, le deuxième c'est une réalité basée sur le retour d'expérience

Voir les exemples de Port Médoc et du Port des Minimes ainsi que notre estimation du coût final du projet dans l'article du 17 septembre 2019 : près de 60 000 000 euros 
Contenir le coût de réalisation du projet de port de Bretignolles dans 30 000 000 euros comme le demande la commission d'enquête publique sur le projet de port et comme a pris note le préfet de Vendée dans ses autorisations, est mission impossible ! Si Christophe Chabot trouvait une entreprise proposant un coût initial de 30 000 000 d'euros, ce serait une nouvelle fois magouille et compagnie et il faudrait alerter de nouveau Anticor.

Ce qu'il faut noter (suite au commentaire de 8H02) :
Les comptes prévisionnels d'exploitation, avec, en particulier, l'estimation du coût des dragages, n'apparaissent pas dans le dossier de port soumis à l'enquête publique (je ne les ai pas trouvés) et dans la déclaration de projet du 4 avril 2019. Est-ce un oubli volontaire compte tenu des incertitudes ?
Il faut aller dans des documents de collectivités pour trouver des informations et elles sont diverses.
Page 12 de l'avenir exemplaire
Page 5 des panneaux de la CDC
C'est la cacophonie mais les dragages vont peser lourd - lire l'article du 20 février 2019 : Port Bretignolles : le coût du dragage devrait faire couler le projet

Ce qu'il faut savoir :
Suite aux autorisations préfectorales du 16 juillet 2019, si Christophe Chabot décidait de lancer le chantier de port sans attendre que les nombreux recours administratifs ne soient jugés et si le Tribunal Administratif demandait l'annulation du projet et la remise à l'état initial du site, comme pour le projet de déviation de Beynac, ça coûterait très cher aux contribuables du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Exemple : Pour 10 000 000 euros engagés, il faudrait mettre à peut-être l'équivalent, soit 10 000 000 euros pour remettre le site à l'état initial soit un coût de 20 000 000 d'euros pour les contribuables locaux
Une bonne raison de tout faire pour empêcher le début des travaux 

Point 20 – Autorisation de signature du marché de défrichage et de terrassement dans le cadre de la création du Port de Brétignolles sur Mer
Ce marché est à suivre de près

Point 28 - SEM des Ports du Pays de Saint Gilles Croix de Vie : approbation du rapport et des comptes annuels 2018
La gestion du projet de Port Bretignolles n'était pas, jusqu'à aujourd'hui, sous le contrôle de la SEM des Ports du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie mais dépendait directement de la communauté de communes et s'inscrivait donc dans le budget principal.
Question : Pourquoi n'y a-t-il pas un budget Annexe Port Bretignolles à la communauté de communes permettant d'isoler et de suivre particulièrement les dépenses annuelles liées au projet de port et les prévisions à venir ?

Petits Suppléments

France Bleu du 18 septembre 2019Contournement de Beynac : Anticor veut publier une liste de 400 citoyens opposés au projet
Il serait peut-être temps que Anticor s'intéresse au projet de Port Bretignolles et à ses instigateurs, la cupidité étant leur moteur principal.

Corse Matin du 20 septembre 2019. Plans d'urbanisme, la casse continue




Si le port du futur à Bretignolles, c'est le port de Crouesty, il faut fuir rapidement !

11 commentaires:

  1. Le con-tribuable c'est le con qui paye pour des projets que la planète à trop payés...la corde est rompue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Message envoyé la semaine dernière à Anticor:

      Bonjour.
      Je pense que Christophe CHABOT, maire de Brétignolles sur mer utilise l'argent publique à des fins privées.
      Il rêve, depuis 2002, de construire un port de plaisance. Son projet a été refusé plusieurs fois (enquête publique, concours des ports exemplaires, Préfets) mais cet homme ne cède jamais!!! Des sommes colossales ont déjà été dépensées en études, communication, travaux de sape (destruction d'un bassin de baignade sur l'emplacement prévu du chenal), achat de terrain hors de prix (affaire actuellement en justice). Pour disposer de budgets plus importants, il a transféré le dossier au niveau de la Communauté de Communes dont il est président.
      Egalement PDG d'AkenaVéranda, il a du poids sur la presse locale et autres entreprises partenaires. Les associations, artisans, commerçants, habitants de la commune qui expriment leur désaccord subissent des représailles.
      A la surprise générale, cet été, juste après la démission de De Rugy, le nouveau Préfet de Vendée a donné son accord à ce projet contraire aux lois. Quelques jours plus tard, la ministre du travail, accompagnée évidemment de Christophe Chabot, venait féliciter Beneteau qui prévoit une extension.
      Deux autres remarques: La liste des réservataires d'anneaux n'a jamais été divulguée. Le président de l'association "Brétignolles Veut Son Port" est cadre chez Beneteau et sa femme est 2ème adjointe au maire.

      Ce port, catastrophe environnementale, coûterait cher aux contribuables... et encore plus à leurs enfants.
      A qui rapporterait-il?

      + d'infos sur le blog archi documenté: https://veillenormandeliere.blogspot.com/

      Supprimer
  2. Vous oubliez le coût de l'entretien du chenal!

    RépondreSupprimer
  3. La drague de St Gilles n'est pas assez
    puissante pour draguer uniquement dans le sable,de plus elle doit avoir une quarantaine d'années. Elle est envoyée à Granville un hivers sur trois,cet affrètement est essentiel pour l'équilibre financier de port la vie.
    Le dragage des ports est toujours très lourd à supporter, il n'y a que les ports en eau profonde qui peuvent faire des projets serreinement.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est prévu qu'une deuxième drague aspiratrice soit achetée par la CDC et mise à disposition du port de Bretignolles.
      Concernant les produits dragués, la position de la CDC est la suivante :
      Les produits dragués issus du chenal seront propres, du sable qu'on pourra réinjecter directement sur les plages.
      Les produits dragués issus des bassins portuaires ne sont pas connus aujourd'hui, c'est en fonction des mesures qui seront faites en cours d'exploitation que seront décidées les mesures à prendre.
      Rien n'est prévu actuellement pour traiter les produits dragués des bassins portuaires à terre malgré le fait que ce sera obligatoire à compter de 2025.
      Oui le dragage de Port Bretignolles coûterait très cher à la collectivité.

      Supprimer
    2. Et beaucoup de consommation de gasoil et de bruit pour enlever le sable d'un chenal et le renvoyer un peu plus loin où il reviendra inexorablement...
      C'est une histoire sans fin alors cette histoire ne doit pas commencer.

      Supprimer
  4. Alerte Alerte !!!
    Invasion de péleteuses à la Normandelière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C. Chabot avait bien dit "le premier coup de pelle en septembre 2019".
      Il a osé le faire.
      C'était le mot "pelle" qui était amusant.

      Supprimer
    2. En fait ce sont les engins de chantier précédemment cités qui sont restés sur place.
      https://www.facebook.com/demainbretignolles/posts/884850388567575

      Supprimer
  5. Je suis peut être naïf mais dans cette
    affiche je comprends qu'il faut améliorer les ports qui existent déjà !!?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui vous avez raison, l'appel lancé par la région c'est pour mettre les ports existants aux normes d'aujourd'hui et pour qu'ils répondent aux nouvelles demandes des usagers

      Supprimer