Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

mercredi 21 novembre 2018

Normandelière et en 2025, que fait-on des boues de dragage ?

Comité Interministériel de la Mer 2018 - Dossier de presse du 16 novembre 2018
Mesure 39 (page 19)
Les enjeux du traitement et de la valorisation des sédiments de dragage, notamment des ports de plaisance, sont intégrés dans les travaux en cours dans le cadre de la mise en œuvre de l’article 85 de la loi sur l’économie bleue.

Loi N°2016-816 du 20 juin 2016 sur l'économie bleue - article 85
A partir du 1er janvier 2025, le rejet en mer des sédiments et résidus de dragage pollués est interdit. Une filière de traitement des sédiments et résidus et de récupération des macro-déchets associés est mise en place. Les seuils au-delà desquels les sédiments et résidus ne peuvent être immergés sont définis par voie réglementaire.

A Port la Vie, les boues portuaires sont aspirées et rejetées en mer (voir drague aspiratrice jointe)
A compter du 1er janvier 2025, il faudra trouver une autre solution qui sera beaucoup plus onéreuse pour la collectivité.
Voir l'article du 21 février 2016. Un dossier chaud pour la communauté de communes : le dragage des ports

Si le projet de port de plaisance de Bretignolles se réalisait, les promoteurs du projet proposent d'acheter leur propre drague pour aspirer les sédiments du chenal et des bassins portuaires et pour les rejeter sur les plages ou en mer, en faisant l'hypothèse improbable que ces sédiments ne seraient pas pollués (c'est la solution préconisée dans les rapports de la commission d'enquête).

Commentaires 

1 - Une telle drague embellirait le paysage Brétignollais !! Ajouté aux récifs artificiels et à tout le reste, c'est l'embellissement du paysage vanté par Cricri !!

2 - Peut-être que les sédiments du chenal ne seraient pas pollués mais ce ne serait certainement pas le cas des sédiments des bassins portuaires. A compter du 1er janvier 2025, il faudrait proposer une autre solution pour traiter les boues de dragage des bassins portuaires et cette solution serait beaucoup plus onéreuse pour la collectivité.

Il n'est fait aucune mention de cette situation à venir dans les rapports de la commission d'enquête et des conséquences pour la collectivité.
Et pourtant

Petit Supplément

Regarder les informations régionales ce soir sur France 3 Pays de Loire, il y aura des interventions sur le projet de port

2 commentaires:

  1. "résidus de dragage pollués"...
    plus loin dans le texte : "Les seuils au-delà desquels les sédiments et résidus ne peuvent être immergés sont définis par voie réglementaire."

    Vu la tendance actuelle, on peut sans crainte, parier que, miraculeusement, les seuils ne seront jamais dépassés, ni sur les dragages à St Gilles, ou ailleurs...

    RépondreSupprimer
  2. Il faudrait des bassins de rétention pour la récupération des boues avant leurs traitement.Le coût serait multiplier par 10.

    RépondreSupprimer