Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

vendredi 10 avril 2020

Normandelière et destruction de la ZAD : une opération anticipée et manigancée !

Médiapart du 11 avril 2020. Blog Désobéissance écolo Paris - Expulsion de la Zad de la Dune : des occupant·es racontent











Ouest-France du 10 avril 2020. A Bretignolles-sur-Mer, la Zad a été démantelée

Dans le journal Ouest France de ce jour, deux autres courts extraits sont ajoutés en page France et Région

Question :
Comment la municipalité de Bretignolles-sur-Mer a-t-elle pu démanteler la ZAD en pleine période de confinement sanitaire ?


Ouest-France du 11 avril 2020Brétignolles-sur-Mer. Après le démantèlement, des zadistes envisagent une plainte

Il faut être réaliste, nous nous attendions à une évacuation de la ZAD mais après la période de confinement sanitaire.

Lors de la réunion publique du 21 février 2020, Frédéric Fouquet avait clairement annoncé la couleur : "Et si on est élu... On va l'être. Je vous garantis que l'on ne va pas lâcher l'affaire. Ce serait malvenu. De notre part. On va reprendre le flambeau. On va retourner au charbon avec l'état. Et on va voir dans quelle mesure ils vont nous accompagner pour les déloger ?
Après deux cas de figures. 
Donc, soit c'est réactif et ça bouge. 
Soit, c'est pas réactif, et on bouge. C'est ça qui va se passer. On est prêts. On sait aujourd'hui, tous les gens dans la salle, j'ai identifié 50 personnes qui m'ont tous dit individuellement : « quand tu veux qu'on y aille, on y va ! »"

Frédéric Fouquet a été élu maire de Bretignolles-sur-Mer le 15 mars 2020 et la période de confinement sanitaire a débuté le mardi 17 mars 2020.

Pour trouver la réponse à notre question, il faut poster le communiqué du préfet de Vendée du 9 avril 2020

Les forces de la gendarmerie sont intervenues sur la ZAD le 8 avril 2020 après-midi, à la demande du Parquet des Sables d'Olonne, pour interpeller des individus identifiés comme étant potentiellement auteurs de dégradations, de vols et d'incendies volontaires de véhicules suite à un incident ayant eu lieu le 8 avril matin.

Ce qui est troublant, c'est que toute l'opération du 8 avril 2020 semble avoir été préparée en liaison avec la municipalité de Bretignolles, l'incident du matin ne semblant pas relever du hasard. La "milice" de Frédéric Fouquet était dans les starting-blocks, prête à braver les règles sanitaires, prête à profiter des interpellations des zadistes, pour envahir la zone, détruire les campements et y mettre le feu ... sans dérogation préfectorale.
Avec le projet de port de plaisance, nous savons depuis longtemps qu'une mafia locale impose sa loi sur le territoire Bretignollais ... avec la bienveillance du préfet de Vendée actuel.

De bien tristes images rappelant des événements du moyen-âge qui ont beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Sans discernement, la "milice" de Frédéric Fouquet a tout brûlé même les affaires des zadistes, ceux-ci étant considérés comme des pestiférés !





Comment le préfet de Vendée a-t-il pu couvrir une telle opération en pleine période de confinement sanitaire, laissant des zadistes livrés à eux-mêmes, dans la nature, sans proposition de solution de repli ?

Comment le préfet de Vendée a-t-il pu accepter que des individus soient traités comme des pestiférés ?

Comment le préfet de Vendée a-t-il pu couvrir des rassemblements de plusieurs personnes, en période de confinement sanitaire, alors qu'il demande à la population aucun relâchement ?

Dans cette lettre du sous-préfet des Sables d'Olonne, reçue par Demain Bretignolles ce vendredi 10 avril matin, nous avons les réponses du préfet de Vendée
C'est une opération d'intérêt général (!) qui était menée par la "milice" de Frédéric Fouquet et tous les "miliciens" étaient équipés de gants, masques, , par la municipalité, contre le coronavirus !
Ils nous prennent vraiment pour des cons ! Pourquoi avoir attendu 6 mois pour mener une opération d'intérêt général ?
A voir ce qui se passe actuellement sur le site de la Normandelière, on a le sentiment que tout recommence et qu'ils profitent de la situation actuelle pour mener des travaux sans contrôle

Lire le commentaire du 10 avril 2020 à 20H21 qui démonte l'argumentation donnée par le sous-préfet des Sables d'Olonne : NON, le nettoyage des lieux n'était pas dans le cadre d'une mission "d'intérêt général" telle que définie par le ministère de l'Intérieur en période de confinement sanitaire.
Voir l'article de LibérationAttestation : à quoi correspond la nouvelle case «participation à des missions d’intérêt général» ?

Lettre envoyée ce jour, par Olivier Richard, au ministre de l'intérieur







A Bretignolles, les élus locaux face à la crise ont un comportement irresponsable et condamnable !





De nombreuses réactions indignées sur internet 

Communiqué de EELV Vendée du 9 avril 2020

LPO Vendée du 11 avril 2020

La Vigie du 10 avril 2020

Surfrider Vendée du 9 avril 2020

Reporterre du 9 avril 2020

BASTA média indépendant du 9 avril 2020

ATTAC Vendée du 9 avril 2020

La Relève et la Peste du 9 avril 2020

Terres communes du 10 avril 2020

Demain Bretignolles du 9 avril 2020

PCF Pays des Olonnes du 10 avril 2020

ZAD de la Dune du 9 avril 2020

Ouest-France du 11 avril 2020. Zad : des réactions après le démantèlement





A VOIR ABSOLUMENT 

La nouvelle vidéo des Vigies Pirates : Drapeau Blanc ?  Une brillante démonstration


Lire la suite dans Plus d'Infos

Reporter Sablais - Brétignolles-sur-Mer Vendée. ZAD: la Mairie orchestre son opération nettoyage de Printemps 

L'Express - Vendée : démantèlement de la ZAD contre un port à Brétignolles-sur-Mer

La Banque des Territoires - L'ensemble des préfets se voient reconnaître un pouvoir de dérogation aux normes

France Bleu - Brétignolles-sur-Mer : les écologistes dénoncent l'évacuation de la ZAD

Ouest-France - Zad démantelée à Brétignolles-sur-Mer : Surfrider foundation réagit (lire l'article complet)

Le Journal des Sables - Tribunal : à Brétignolles, un différend autour d’un chien écrasé à l’origine des violences qui ont conduit au démantèlement de la Zad

L'Humanité - La Zad de la Dune réduite en cendre



Le Reporter Sablais du 8 avril 2020. Brétignolles-sur-Mer Vendée. ZAD: la Mairie orchestre son opération nettoyage de Printemps


L'Express du 10 avril 2020. Vendée : démantèlement de la ZAD contre un port à Brétignolles-sur-Mer
Les médias nationaux entrent dans la danse !
"Un délit s'est produit à proximité du site, des automobilistes ont été agressés par deux zadistes" qui ont été interpellés, a indiqué la gendarmerie précisant que 135 militaires avaient participé à l'opération. Les gendarmes ont procédé à la vérification des identités des quinze autres zadistes présents sur place. Ils ont été amenés dans les locaux de différentes gendarmeries vendéennes.
Après l'évacuation, "la mairie en a profité pour reprendre possession de ses terrains", selon les gendarmes.
la ZAD de la Dune s'interroge : "Existerait-il un confinement à géométrie variable ? Dans tous les cas, profiter de l'impuissance des soutiens, forcés de respecter les mesures de confinement, est d'une bassesse autoritariste sans nom".


La Banque des Territoires du 10 avril 2020L'ensemble des préfets se voient reconnaître un pouvoir de dérogation aux normes
En Vendée, tout se passe comme si le préfet avait utilisé ce droit dérogatoire pour autoriser le projet de port de plaisance de Bretignolles sans s'assurer de la légalité du projet.
Nota : le préfet de Vendée était dans le champ d'expérimentation en juillet 2019 quand il a signé les autorisations.


France Bleu du 9 avril 2020. Brétignolles-sur-Mer : les écologistes dénoncent l'évacuation de la ZAD
Au lendemain de l'évacuation de la ZAD de Brétignolles-sur-Mer, Europe Ecologie - Les verts redit son opposition à ce projet de port de plaisance. De son côté, la gendarmerie justifie cette intervention par le "durcissement manifeste des modes d'action de ces individus".


Ouest-France du 10 avril 2020Zad démantelée à Brétignolles-sur-Mer : Surfrider foundation réagit


Le Journal des Sables du 10 avril 2020Tribunal : à Brétignolles, un différend autour d’un chien écrasé à l’origine des violences qui ont conduit au démantèlement de la Zad
Voir aussi Ouest-France du 10 avril 2020
Comment une simple intervention pour des faits délictueux a-t-elle pu devenir une opération de démantèlement de tout un campement dans une période de confinement sanitaire où les règles imposées par le ministère de l'Intérieur sont claires ?


L'Humanité du 10 avril 2020. La Zad de la Dune réduite en cendre
Vendredi, 10 Avril, 2020
LA ZAD DE LA DUNE RÉDUITE EN CENDRE
Marie-Noëlle Bertrand
Installée depuis six mois pour empêcher la réalisation d’un port de plaisance sur une plage de Vendée, la zone à défendre de Bretignolle-sur-Mer, a été démantelée ce mercredi 8 avril, dans des conditions qui interrogent ses partisans.

Quelles sont les décisions administratives qui ont prévalu à la mise à bas de la Zad de la Dune de Bretignolle-sur-Mer ? Deux jours après l’évacuation de cette « Zone à défendre » vendéenne, son collectif et ses soutiens se préparent à soulever la question face à la justice. Installée depuis octobre dans le but d’empêcher la réalisation d’un nouveau port de plaisance sur une plage, la structure a été entièrement démantelée ce mercredi 8 avril au soir. En deux temps trois mouvements, les cabanes ont été brûlées en mêmes temps que des affaires appartenant à ceux qui les habitaient. Plusieurs de leurs camions ont également été vandalisés, affirment-ils, dont un très lourdement. « Jamais nous n’avons eu de copie d’ordonnance d’expulsion », assure David Potier, avocat tout autant qu’acteur de la Zad. « Nous comptons porter plainte contre X pour dégradation, vraisemblablement en bande organisée », précise-t-il, accusant la municipalité de Bretignolle-sur-Mer et plusieurs habitants de la ville d’être impliqués dans « ce saccage ».

« Vingt à trente camions, un hélicoptère et deux drones »
Tout a démarré mercredi matin par une altercation musclée entre un zadiste de passage et un couple de riverain. Selon plusieurs témoins, le couple, circulant en auto sur une route traversant la Zad et a priori fermée, a écrasé le chiot d’un des squatteurs. Ce dernier a alors « pété les plombs », explique « Renard », soutien de la Zad, contacté par téléphone. « Il s’est énervé et a crevé les pneus de la voiture du couple. L’homme et la femme ont eu peur et ont appelé les gendarmes, normal », poursuit Renard. Les forces de l’ordre sont venues, le propriétaire du chiot ne s’est pas calmé et a fini au poste. Jusque-là, rien qui ne froisse vraiment les opposants au port de plaisance, dont la plupart marquent leur distance avec l’individu. Mais plus tard dans la journée, les forces de l’ordre sont revenues, reprend Renard, « dans l’objectif d’interpeller une seconde personne, elle aussi impliquée dans l’histoire. »

L’opération, cependant, s’est cette fois avérée d’une tout autre envergure. « Vingt à trente camions étaient mobilisés, ainsi qu’un hélicoptère, deux compagnies de Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie, NDLR) et deux drones », raconte encore Renard. « Au final, ils ont nassé et embarqué tout le monde. »

« Quand les gendarmes nous ont dit que le site était vide, nous avons estimé que c’était une occasion à saisir »
Une vingtaine de personnes ont ainsi été arrêtées et réparties dans des gendarmeries aux quatre coins de la Vendée. Elles y sont restées plusieurs heures, placées en garde à vue pour avoir refusé que l’on prélève leurs empreintes. Un laps de temps qui a suffi à la municipalité de Bretignolle-sur-Mer pour organiser l’évacuation de la Zad, avec, pour l’épauler, plusieurs dizaines d’habitants.

« La procédure administrative d’évacuation de la Zad est déclenchée depuis décembre », explique les services de la mairie, également contactée par téléphone. Déjà, en janvier, une partie de la Zad, celle qui squattait une colonie de France Télécom, avait été évacuée, et les bâtiments détruits en l’espace d’une journée. « La suite des opérations avait été stoppée à l’approche des élections municipales, puis du fait de la pandémie de Covid-19 », poursuit la municipalité. « Quand les gendarmes nous ont dit que le site était vide, nous avons estimé que c’était une occasion à saisir, et décidé de reprendre en main la procédure. »

Dès février, une liste de bénévoles avait été établie, constituées d’habitants volontaires pour procéder au nettoyage de la zone une fois évacuée, poursuivent les services de la municipalité. Des entreprises, entre autres de démolition, avaient également été contactées. « En trois heures, nous avons tout réactivé, au nom de l’intérêt général que représentait pour Bretignolle l’évacuation de cette plage à l’approche de l’été. »

« Les vitres ont été brisées, les deux phares cassés, les quatre pneus crevés, le capot et le radiateur percés. »
Un huissier était présent sur les lieux, assure-t-on, et tout s’est fait dans « le respect des gestes barrières », masques, gants et solution hydroalcoolique à l’appui. La ville, qui n’a pas encore communiqué officiellement sur l’affaire, ne mentionne en revanche à aucun moment d’acte de vandalisme.

« Pourtant, un des camions des activistes a bien été littéralement saccagé », reprend David Potier, qui parle d’acharnement. « Toutes les vitres ont été brisées, à l’exclusion d’une petite. Les deux phares ont été cassés, les quatre pneus crevés, le capot et le radiateur percés, comme à la barre à mine. »

D’autres véhicules ont également subi des dommages, dans une proportion toutefois moindre. Les cabanons, où squattaient les activistes, ont été brûlés, « avec leurs affaires personnelles à l’intérieur. » Seuls leurs animaux – des chiens, des poules et une truie – leur ont été finalement restitués.

Libérés après plusieurs heures, certains interpellés se sont retrouvés lâchés, en soirée et en plein état d’urgence sanitaire, à plusieurs heures de marches du camp, finalement secourus par des soutiens de la Zad. « Nous ne comprenons pas la légalité d’une telle opération, alors que nous n’avions reçu aucun avis d’expulsion », répète Renard. « Nous ne comprenons pas que des civils puissent être soustraits aux mesures de confinement afin d’être mis à contribution pour brûler des habitats. »

Marie-Noëlle Bertrand




39 commentaires:

  1. Dame Nature violée, affront à l'harmonie du monde.
    Les béni-oui-oui-voles, nervis-voles, ont montré, même masqué, leur vrai visage, haineux.
    Après la viol de la dune, ils en bavent de jouissance. Perforer le trait de côte, tel un hymen sacré, quel pied ce serait pour ses profanateurs.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une incitation pure et simple à l'anarchie et la rébellion !... Existe t il d'autres préfets aptes à ramener le calme ?...

    RépondreSupprimer
  3. suite aux agissements de la municipalité en cette période de confinement POUR TOUS...
    Je propose qu'on écrive tous à M.Le Prefet pour lui demander des explications.....
    Bien sûr la Zad devait un jour ou l'autre être évacuée....mais pas en cette période tragique que nous vivons tous...c'est tout simplement HONTEUX.
    Tous à nos stylos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de plus en plus de résidences secondaires ouvertes et des nouvelles têtes qui se promènent dans les quartiers que fait le préfet ? IL N'Y A RIEN DE MIS EN PLACE ? les vacanciers ont le droit de venir ?

      Supprimer
    2. Ils ont viré les zadistes pour faire venir les touristes pour faire encore du fric c'est pas normale ce qu'il se passe actuellement on voit des têtes inhabituelles dans nos quartiers des résidences secondaires qui viennent d'ouvrir comment ils sont arrivés ici ?

      Supprimer
  4. Pas la peine. Le maire avait sûrement l'accord du Prefet

    RépondreSupprimer
  5. Pour TIRER LE RIDEAU SUR LE PROJET DE PORT , BOYCOTER les vérandas AKENA qui brule les maisons en bois privilégier les vérandas RIDEAU !

    RépondreSupprimer
  6. Je m’y mets aujourd’hui.
    Ce sera ma enieme lettre aux autorités.

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas au préfet qu'il faut écrire mais à la procureure des Sables d'Olonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas à lui qu'il faut écrire c'est juste une boite à lettre !

      Supprimer
  8. Que pensent les autres maires de la CDC sur ce qui se passe à Bretignolles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent Boudelier ne va pas applaudir bien longtemps...

      Supprimer
    2. LUI et les autres non plus ils aurons des comptes à rendre auprès de leurs électeurs contre ce projet.

      Supprimer
  9. Quelle belle bande d'idiots, ils préfèrent prendre le risque d'attraper
    le coronavirus à la place de voir deux
    cabanes en bois.

    RépondreSupprimer
  10. Ce chiot écrasé volontairement par ce couple en auto, était ce un beau petit labrador comme j’en avais vu?
    Tout était organisé

    RépondreSupprimer
  11. Quelqu'un sait ou est Elisabeth ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espérons quelle n'a pas finie comme Jeanne D'arc !

      Supprimer
  12. Chabot -fouquet deux équipes qui en ont rien à foudre des citoyens .
    Ils ont deja installe, avec l"aval de certains" , une milice pour tout discourt contraire au leurs .
    Le confinement ça veut dire chacun reste ou il se trouve ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas une milice c'est des vandales il s'attaquent aux biens des hommes quand ils ne sont pas là .

      Supprimer
  13. On le savait déjà, le préfet a une notion très particulière de l'intérêt général.
    Il ne l'assume même plus en faisant lâchement répondre son sous-préfet.
    A ne pas vouloir condamner une entorse énorme aux mesures de confinement ils se rendent complice de Chabot et sa marionnette.
    Il est inadmissible qu'ils relayent les bobards de Chabot pour seule et unique réponse à la lettre de Demain Brétignolles.
    Des photos et vidéos ont été prises et en plus tout ce cirque à perduré hier et continue ce matin.
    J'ai alerté ce matin le ministre de l'intérieur de ces faits graves.

    Avec Chabot tout est possible, surtout le pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si deux zadistes ont pété les plombs c'était pas une raison de sanctionner les autres qui n'on rien fait ce n'était pas une raison d'envoyer une bande de 70 vandales pour tous casser! j'espère avec les photos et vidéo à l'appuis vont permèttre à la police des polices de sanctionner les auteurs de ces actes.


      tons pour

      Supprimer
    2. Les autres n'ont pas été sanctionnés mais emmenés pour vérification d'identites... et relâchés dans des conditions apparemment problématiques.

      Supprimer
  14. Monsieur le préfet votre réponse de ce matin à propos des masques et des gants fournis aux "bénévoles" est vraiment mal venue en cette période de confinement.
    Vous faites fi de toutes ces infirmières et du personnel soignant des epad qui ont continué à travailler sans protection dans les premiers temps de l’épidémie.
    On nous martèle à longueur de temps une personne qui respecte le confinement est une personne de sauvée, et vous soutenez ce qui se passe à Bretignolles. Les zadistes étant partis il n'y avait pas urgence à nettoyer le terrain.
    Où est l’intérêt public dans tout ça.
    La justice dans notre pays est vraiment à deux vitesses.

    RépondreSupprimer
  15. En effet, à la vitesse expéditive de l'intervention,entre la mort du petit chien et la milice de Christophe Chabot équipé par le préfet...On ne peut que penser que tout était manigance. C'est bien dommage qu'un vétérinaire est participé de près ou de loin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but c'était de faire sortir les zadistes du terrain privé en mettant la pression sur les proprios une fois qu'ils étaient sur le terrain communal
      ils étaient vulnérables ils auraient mieux fait de se réfugier dans une autre commune les travaux du port étant bloqué pour cause de virus .

      Supprimer
  16. Voir la publication de Bvsp du 9 avril.
    Après les "pouilleux" sur le facebook de ces dames, on parle maintenant de "déchéance humaine"
    "Une vision de notre société malheureusement entretenue par certains Bretignollais moralisateurs représentants de notre système éducatif"
    Gare à ceux qui ne pensent pas comme eux.
    Honte à eux

    RépondreSupprimer
  17. Le montage photo "autorisé - pas autorisé" résume parfaitement la situation.

    Il est vrai que sur ce blog, parfois les opinions exprimées ont pu être simplistes, caricaturales et anti-chabotistes primaires. Mais cette fois-ci je crois que c'est la chose la plus grave de toutes que l'on puisse reprocher à Messieurs Chabot-Fouquet.

    Comment peut-on admettre dans notre république que Messieurs Chabot et Fouquet puissent faire appel à une milice ? Et le mot milice n'est pas exagéré. C'est d'autant moins admissible que toutes ces personnes auraient dû respecter le confinement.

    Pour aggraver les choses, le sous-préfet, probablement sur ordre du préfet, prétend qu'il s'agit d'une participation à une mission d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative. Il cautionne donc l'appel de Messieurs Chabot et Fouquet à leurs miliciens. Les présidents de communauté de commune et les maires pourraient faire appel à des citoyens pour n'importe quelle action, y compris endommager et brûler des biens ? N'était-ce pas le travail des employés de la commune de remettre le terrain en état ?
    Je ne parlerai même pas de l'insulte qui est faite aux soignants à cause de l'utilisation des masques.

    Dans cette affaire, je pense que Monsieur Brocart devrait être démis de ses fonctions. Mais, comme le montre la lettre du sous-préfet et les articles de la presse locale, c'est la version Chabot-Fouquet qui va l'emporter très facilement puisqu'il n'y avait pratiquement pas de témoins : les anti-port, eux, respectaient le confinement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère qu'ils vont interdire le projet de port pour violences et vandalismes répétés pour rétablir l'ordre dans la commune.

      Supprimer
    2. dans cette affaire c'est FOUQUET ET CHABOT LES SEULS RESPONSABLES qui doivent être démis de leurs fonctions au lieu de faire règnier l'ordre
      dans les règles ils ont fait venir des vandales qui n'avaient rien a faire là. voici les preuves: appels téléphoniques avant les faits photos et vidéo de menace prémédités.






      fouquet est

      Supprimer
  18. Qu'ont-ils faits des chiens,des poules , du canard ,du cochon ?
    Peut-être faudrait-il en aviser la SPA....

    RépondreSupprimer
  19. Selon le Préfet, les bénévoles qui sont intervenus sur la ZAD mercredi soir et jeudi, étaient possesseurs d'une attestation de déplacement avec pour motif « Participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative ». Mais où est donc l'intérêt général Monsieur le Préfet ? Vous n'êtes pas obligé de reproduire point par point ce que vous a répondu le Maire de Brétignolles...
    Ce nouveau motif a fait l'objet de précisions de la part du Ministère de l'Intérieur quant à son utilisation : «Cet item est prévu pour le déplacement sur le terrain d’acteurs privés non professionnels, tels les chasseurs, vétérinaires, groupements de défense sanitaire, etc. Ceux-ci peuvent avoir à intervenir, même durant la situation de crise sanitaire comme ils le font d’habitude, pour conduire des actions de surveillance et de police sanitaire décidées par l’autorité administrative (surveillance de la faune sauvage, lutte contre la peste porcine, contrôle de certification de la chaîne alimentaire).»
    Le motif a donc été créé pour réaliser des actions de surveillance et de police sanitaire, mais en aucun cas pour déplacer des palettes, incendier les cabanes en bois et les effets personnels ou matériels des zadistes...
    A moins que, en y regardant plus près, le vétérinaire ait diagnostiqué la peste porcine sur Elizadeth, la cochonne des zadistes ...

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir à tous. C est la première fois que J écris sur le blog. J avais tendance à relativiser les choses et d essayer de comprendre les pro et anti ports. Je les écoutais en réel lors de discussions , de réunions, d écris mais aussi en allant chercher des infos et aussi lire les Facebook des pro et anti port. Et aujourd'hui face à ce déferlement de haine des pro ports je décide d écrire. Quand je vois ces femmes se balader dans les rues de breti se prenant pour les bourgeoises du village et de voir leur déferlement de haine dans leur propos, photos de dessins animés détournéed sur leur page Facebook, mesdames les biens pensantes, vous avez eu raison de restreindre vos comptes, merci de nous épargner cela. Préservons nos enfants de vos commentaires. Messieurs leurs époux, les autres,le commerçant extrémiste, merci aussi à vous d avoir fait de même , de peur sûrement ou parce qu'on vous la demandé, de ne plus divulguer les photos de vos interventions immondes dans le contexte actuel, de vos commentaires puérils dignes de petits combattants à la solde d'un megalo arriviste et de photos prises sur les couchés de soleil sur breti alors même que le confinement est imposé. Plus de traces, plus de preuves, on se fait petit, car peut être nous sommes aller un peu loin... Je ne comprend pas ce qui vous anime pour en arriver là- l idiotie ? J en doute car contrairement à ce que vous écrivez, je vous pense intelligents. La bêtise ? J en doute aussi, car ce trait de caractère est associé à la bêtise. L effet de groupe ?? Sûrement, on se sent tellement fort à plusieurs et c est toujours plus facile d accroître son sentiment de supériorité quand on se sent entouré. Alors, isolez vous pendant ce confinement et réfléchissez seulement à tout ce que vous avez pu dire et écrire. L'auriez vous fait si vous aviez été seul (e), sans cet entourage qui vous lobotomise avec l idée absolue que seul votre groupe avez raison et que tout les autres, les pensants différents, ne sont que des êtres inférieurs. Je vous laisse ces quelques instants pour réfléchir à vos actes pedants et vos propos honteux et hautains. Je vous salue bien bas
    Un Bretignollais confiné et réfléchi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo anonyme de 20:51

      Supprimer
    2. Anonyme de 20h51, ce que vous décrivez est réel, j'ai presque honte de vivre à Bretignolles. Certes pour en arriver là, il y a l'effet de masse mais Je peux vous assurer que la bêtise et la méchanceté les animent.La sérénité n'est pas prête de refaire surface à Bretignolles sur mer !

      Supprimer
  21. Sur le site de Ouest France 2 zadistes condamnés aujourd'hui à la prison ferme par le tribunal des Sables
    Comparution immédiate pour les uns et pour le tagueur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un couple d'anciens agressé, roues crevées une voiture de police attaquée à coups de barres de fer , d'un côté,
      et le tagueur de l'autre dont le procès est repoussé en ce moment! Quel parallele! Et ça vous étonne qu'ils passent en comparution immédiate!

      Supprimer
  22. Voilà le plus bel exemple de non respect des lois d'élus sur le confinement ce port n'est pas d'intérêt générales à dénoncer et à diffuser dans toute la France
    je pense que les vacanciers quand ils vont savoir cela ils vont tous prendre leurs voitures pour aller en vacance quand on voit cela cela ne sert a rien de faire des efforts de confinements!!!

    RépondreSupprimer
  23. OU VOUS ARRETEZ LES TRAVAUX sinon on sort tous dans la rue vos travaux ne sont pas d'intérêts générales vous devez resté confiné!

    RépondreSupprimer