Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

jeudi 1 août 2019

Normandelière et Port Bretignolles : Appel d’offres ouvert pour la création du port

L’appel d’offres ouvert pour la création d’un port de plaisance à Bretignolles a été publié le 1er août 2019


Faire un appel d’offres est une obligation européenne mais là aussi Christophe Chabot sait comment contourner les règles, il l’a fait en 2011. C’est un magouilleur prêt à tout pour arriver à ses fins.
Sa commission d’appel d’offres, avec des personnes bien choisies par le chef de bande, jugera les réponses infructueuses et Christophe Chabot engagera une négociation exclusive avec une entreprise complaisante, celle qui a acheté une partie du Groupe Merceron par exemple, ce qui lui permettra d’avoir un coût d’entrée conforme à son objectif de 34 000 000 d’euros pour pouvoir démarrer les travaux.
Une fois les travaux lancés, quand il ne sera plus possible de revenir en arrière, tous les surcoûts seront financés par les contribuables locaux, ça se passe toujours comme ça pour les grands projets d'aménagement.
Nous avons estimé que le coût final d’une telle opération serait supérieur à 60 000 000 d’euro et nous confirmons.

Surfrider passe à l’attaque
Article de Surfrider Europe du 2 août 2019. Bretignolles-sur-Mer.  Projet de port, une autorisation infondée et démesurée.
Voir la remarquable Vidéo 

Le Préfet de Vendée a autorisé le 18 juillet dernier la réalisation du projet très controversé de port artificiel sur la commune de Brétignolles sur mer. 
Engagée depuis 10 ans aux côtés des associations locales et environnementales, Surfrider Foundation Europe n'entend pas laisser ce projet voir le jour et prépare actuellement, par le biais de son service juridique, un recours devant le tribunal pour faire annuler ces décisions préfectorales !
Surfrider Foundation Europe, avec dans son sillage tous les surfeurs, est à l’abordage du projet de Port Bretignolles et de ses promoteurs.
ça commence à monter en puissance, les médias nationaux vont devoir communiquer.

7 commentaires:

  1. Puis, si, viendront s'ajouter le coût du dragage et là on ouvre la boite de pandores...ce port que des emmerdes.

    RépondreSupprimer
  2. -Très jolie vidéo.

    Il ne faut pas oublier que le dimensionnement du port a été réalisé à partir de données (ANEMOC) qui ne doivent en AUCUN CAS servir à dimensionner des ouvrages d'art (ie un port).

    Dans sa réponse aux commissaires, la MOA s'engageait à faire de nouvelles études avant les travaux ("Postérieurement à la délivrance des autorisations administratives, les études d’exécution permettront de finaliser la conception des ouvrages portuaires.")...
    Je pense que l'on peut leur faire confiance pour qu'elles ne soient pas faites.

    En février 2019, j'avais écrit au préfet en lui demandant que si l'autorisation des travaux est délivrée:
    - Comment s'assurer que les MOA et MOE réaliseront des campagnes d'acquisition in situ afin de réaliser les nouvelles études de dimensionnement
    - Comment sera organisée cette campagne d'acquisition de données, sur quelle période (2, 3 ans ?) et par quel organisme ?
    - Quelles seront les conséquences sur le projet si les nouvelles simulations concluent que les dimensionnements et impacts sont différents de ceux présentés lors de l'enquête publique

    et surtout (à mon avis la plus importante)
    - Quelles seront les responsabilités de chacun (État, Préfet, Commissaires enquêteurs, élus locaux, maître d’ouvrage, ...) sur les conséquences d'un mauvais dimensionnement des ouvrages réalisés à partir de données qui ne doivent, en aucun cas, être utilisées pour la conception du port

    Je n'ai jamais reçu de réponse ....

    JFL

    RépondreSupprimer
  3. M.Bourcereau ce commentaire du 18 juillet mériterait des investigations de la part des médias...Chabot aurait utilisé de la main d'oeuvre issue de clandestins ?
    Médiapart doit enquêter la-dessus !
    https://veillenormandeliere.blogspot.com/2019/07/normandeliere-et-feu-vert-prefectoral.html?showComment=1563479611776#c3842880678642627972

    RépondreSupprimer
  4. Dans ce projet, tout est mensonge :

    la consultation seulement Brétignollaise,

    les promesses de réservations de places,

    l'enquête publique de 7 avis défavorables, retirée, pour une enquête unique tronquée,

    l'achat et la vente de la ferme,

    le coût réel des travaux,

    l'étude d'étancheitée du bassin,

    l'accéssibilité maritime du projet,

    l'impact des travaux sur le tourisme brétignollais des prochaines saisons,

    et j'en oublie…

    Une communication unilatérale, qui n'a rien à voir avec un projet réfléchi.

    la réponse de l'état n'est pas recevable.



    RépondreSupprimer
  5. Un homme en colère2 août 2019 à 22:56

    Tu as raison bernik 5, si le porteur de projet avait eu des c......s, il aurait fait une consultation au niveau de la CDC. Pour les réservations, des gens ont remplis des formulaires au nom d'autres personnes, on en connaît. Idem pour les dépositions à l'enquête publique déjà écrites distribuées notamment par le vigneron de la fouiniere chez des pauvres gens. Et comment expliquer cette remontada, 7 avis négatifs au match aller et victoire au retour sans l'aide de l'arbitre.

    RépondreSupprimer
  6. J'arrive pas a trouver dans l'appel d'offre les volumes des déblais, vous les trouvez vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'ordre de 1,7 millions de m3 de déblais de nature différente.

      Supprimer