Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie non jugé. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

mardi 2 juillet 2019

Normandelière et La Cabane : un parc de loisirs dans les marais !

Comment un projet éco-responsable, dans les marais de la Gachere, est devenu progressivement un projet commercial, avec toujours plus d’activités, sous le regard bienveillant et complice des élus et responsables locaux.
C’est un exemple de la dérive de tous ces projets inscrits sur des espaces remarquables, dits initialement exemplaires au niveau environnemental, qui échappent à toute maîtrise au cours du temps.
Ce serait le cas du projet de Port Bretignolles s’il se réalisait.

La Cabane, c’était un projet initial sympa avec la transformation d’un atelier ostréicole en bar à huîtres et un parcours de découverte de la rivière et des marais en paddle. Comme toujours, les promoteurs du projet s’étaient engagés, par obligation, à respecter l’environnement, un projet éco-responsable.

Aujourd’hui, La Cabane, c’est devenu un lieu à la mode qui draine de plus en plus de monde chaque année, qui poursuit son développement avec de nouvelles activités qui n’ont aucune relation avec le milieu aquatique local et avec de nouveaux aménagements (exemples : une estrade pour des concerts, des aires de jeux, des lieux de randonnées équestres, ...)

La Cabane, c’est un succès populaire. Mais la popularité peut-elle tout justifier ?
La Cabane, c’est aujourd’hui de nombreuses interrogations.

Comment expliquer un tel développement d’activités à but lucratif, qui ne sont pas toutes en relation avec le milieu aquatique local, sur une zone Natura 2000 classée NL 146-6 dans le PLU de Brem-sur-Mer ? Voir l’article L 146-6 dans le code de l’urbanisme.
Pourquoi ne retrouve-t-on pas d’acte administratif accordant des autorisations d’occupation d’un site Natura 2000 pour des activités bien précises ?


Pourquoi n’y a-t-il pas eu d'études d’impact des conséquences du projet et de ses évolutions :
- sur les milieux aquatique (les poissons, ...) et terrestre (les oiseaux, ...). Depuis l’installation de La Cabane, l’impact sur la faune est réel.
- sur les riverains (problèmes de sécurité  : circulation sur le Chemin de la Chnou, problèmes de nuisance : bruit nocturne liés aux concerts, ..). Les riverains ont-ils été consultés ?
- sur les clients de la Cabane (problèmes de sécurité : qui a autorisé des concerts si près de la rivière ?)

Cerise sur le gâteau : le pont de la Chabossiere est dans un état pitoyable.
Le pont de la Chabossiere est un pont de responsabilité publique, sur la commune de Brem sur Mer, à usages privés : les chemins accédant aux marais étant privés et fermés par des barrières. Des camions de livraison, des 4*4 trainant des remorques, ... vont à La Cabane.
Il y a probablement plus d’engins qui passent sur le pont de la Chabossiere que sur le pont de La Salaire et pourtant c’est ce dernier qui est en cours de mise à neuf
Le pont de la Chabossiere est dans un état pitoyable et tout le monde s’en fout. Il devrait être interdit à toute circulation d’engins motorisés.

On ne peut blâmer les acteurs de La Cabane (SCI immobilière, Octopus) de profiter d’un site remarquable pour développer leurs activités. Les responsables sont ceux qui ne mettent aucune limite à ces activités et qui ferment les yeux sur le non respect des règles environnementales en milieu protégé et des problèmes de sécurité et de nuisance.
La Cabane étant sur la commune de Brem-sur-Mer, le premier responsable est le maire, Christian Praud qui ne semble exercer aucune action de contrôle, qui n’est pas à l’écoute des riverains et qui prend de grand risque en laissant se détériorer le pont de la Chabossiere.
Ensuite nous pouvons citer d’autres élus bienveillants comme le maire des Sables d’Olonne, Yannick Moreau, prompt à défendre le site Natura 2000 des marais des Olonnes mais bien silencieux sur les dérives locales.
Puis des acteurs locaux qui préfèrent se taire tant le sujet est sensible politiquement parlant :
Daniel Remignon, président de l’association des marais de la Gachere, qui ne peut ignorer les conséquences des activités de La Cabane sur le milieu.
Édouard de la Bassetiere, président du Sage Auzance Vertonne, qui devrait mieux défendre la qualité des milieux aquatiques
......

Mes propos seront certainement critiqués mais je sais que des personnes soucieuses de la protection de l’environnement partagent mon avis.
Comme pour le projet de Port Bretignolles, ce qui est inquiétant aujourd’hui chez nos élus responsables, c’est leur peu d’enthousiasme pour tout ce qui touche la protection de l’environnement, ça passe toujours après le développement économique.

Petit Supplément 

Actu.fr du 4 juillet 2019. Les Sables d’Olonne : des milliers de poissons morts dans les marais d’Olonne
Daniel Remignon, président de l’association syndicale des marais de la Gachère (qui regroupe 600 propriétaires), déplore cette situation particulièrement triste au moment où la saison touristique démarre. Il précise : « nous n’y sommes pour rien »
Daniel Remignon tire la sonnette d’alarme
« Il ne faut pas dans l’avenir que les activités touristiques volent la priorité à la gestion écologique du marais », conclut-il.


La gestion écologique des marais serait-elle affectée par des activités touristiques telles que celles de La Cabane ? Ça mérite une vraie analyse.

26 commentaires:

  1. En fait, vous passez votre temps à faire chier le monde dès lors que vous ne savez plus quoi faire ... Soit c'est le maire, soit c'est vos voisins ! C'est la maladie des gens qui passent leur temps à regarder la gamelle des autres ! Bref, retournez donc dans votre Gironde emmerder le monde et laissez nous tranquille.
    Quand le port sera fait, j'irai certainement fêter ça à la cabane et boirai un coup pour fêter vos désillusions !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Putain, beau commentaire bien argumenté comme si Bourcereau avait visé juste !

      Supprimer
    2. Oui monsieur, la cabane est une vraie source de nuisances pour les riverains, vous en déplaise !

      Supprimer
  2. Jean -Yves est une sentinelle , dans ce sens là il a tout à fait le droit de mettre le doigt sur les agissements qui sont contraire aux législations en cours. Qui peut l'en blâmer? Je salue son courage et je regrette que sur cette histoire les élus(peu courageux )sont aux abonnés absents.
    A voir la réaction de l'anonyme de 12h50 (tout en délicatesse...) c'est une affaire qui ne fait que débuter.Le milieu est fragile , les risques existent réellement, les responsables doivent agir.

    RépondreSupprimer
  3. N'empêche, qu'il aille emmerder les gens de son pays bordelais et qu'il nous laisse en paix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sent la gentillesse du mec

      Supprimer
    2. Complètement inconscient et égoïste ce commentaire ! C'est à cause de gens comme vous que la race humaine court à sa perte !

      Supprimer
  4. Et voici que J.Y. ouvre la boîte de Pandore !(une fois de plus?)
    Et l'on parle de la Cabane: au début (2013) était une équipe jeune et dynamique qui reprenait les locaux (au toit amianté) d'un ostréiculteur en mal de rentabilité (il n'avait pas pensé ouvrir un bistro dans ses locaux ).
    Donc le lieu est sympa, même beau au confluent de la Vertonne et de l'Auzance (la Ch'noue).
    Quelques paddles, quelques canoés et très vite un comptoir/bar avec huîtres pour requinquer le client.
    Personne ne s'inquiète de la légalité de l'activité en pleine zone Natura 2000 et dans une zone PLU de Brem classée NL146-6. En gros on peut y élever des moutons, des chèvres,
    pour le bistro c'est plus compliqué...
    Quid du respect des normes sanitaires draconiennes que doivent respecter tous les CHR (Cafés, Hôtels,Restaurants)?
    Nous sommes sur le marais, donc pas d'eau courante, pas de tout-à-l'égout,des toilettes sèches (enfin au début de la journée)...cela respire bien l'amateurisme.
    En tout cas l'activité ne cesse d'augmenter,les terrasses s'agrandissent, les clients apéro,huîtres,vin blanc doivent réserver pour profiter du coucher de soleil une petite heure (le second service va commencer).
    Cela fait beaucoup de monde, beaucoup de voitures, lesquelles continuent d'emprunter le Chemin de la Ch'noue au plaisir évident des riverains de la Chaboissière. Ces autos roulent en ne respectant pas la vitesse limitée à 30 km/h, et là,ça énerve!

    Parce que figurez-vous que les résidents de La Chaboissière ou Chabossière ne se sont pas installés dans une quasi impasse pour y voir (et entendre) des centaines de voitures
    de personnes avides elles aussi de lieux calmes et tranquilles.
    Alors en effet, la boite de Pandore est ouverte et le feuilleton est à suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment faire quelque chose pour arrêter ça...C'est inadmissible !

      Supprimer
  5. Allez les pseudos écolos,
    Donnez nous :
    - le modèle d'auto que vous utilisez au quotidien (pour aller au super U dès l'ouverture ...)
    - le type d'énergie que vous utilisez pour vous chauffer en hiver
    - la nature du contrat électricité que vous utilisez.
    - la marque des fringues que vous avez sur le dos (des fois que cela vienne de Chine ...)
    En clair : commencez donc par balayer devant votre porte avant de chercher comment emmerder vos voisins que vous jalousez tant et commencez par montrer l'exemple plutôt que de balancer des saloperies sur les gens honnêtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si vos accusations sont vraies, nous ne détournons pas la loi pour faire du profit nous !

      Supprimer
  6. Heureusement que vous restez calme!
    Sinon nous pourrions avoir peur

    RépondreSupprimer
  7. Aux détraqués de 12h50 et 21h28 !

    "On ne juge les autres que d'après soi-même !"
    Les emmerdeurs, ce sont les gens comme vous, pauvres ignorants ! qui ne savez ou ne voulez pas savoir, ce que serait le déficit environnemental avec la réalisation d'un port pour mégalomane ! Vous racontez, à travers des formules toutes faites,n'importe quoi !
    Il faut croire que Jean-Yves a visé en plein coeur de la cible et que cela vous fait mal ! Alors minables, marinez dans votre purin chabotesque !

    RépondreSupprimer
  8. C'est comme les paillottes dans le sud et en Corse, un petit peu plus tout les ans et quand le loi finie par s'appliquer? sa pleure... Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.

    RépondreSupprimer
  9. Bientôt une guinguette au bord de l’Auzance !

    RépondreSupprimer
  10. à part la circulation qui peut gêner les riverains,c'est vrai, je ne vois pas en quoi cette "cabane" dérange..déjà, ce n'est que l'été, le midi et le soir et si les oiseaux et les poissons sont dérangés, bah ils n'ont qu'à se mettre 200 mètres plus loin, le marais est grand ! et puis il n'y a aucune construction supplémentaire en "dur" qui a été réalisé..
    pour la sécurité des clients avec l'eau juste à coté, combien de bars à ambiance existe t il sur les bords de la Loire, de la Seine, de la Garonne et du Rhône ?? énormément et les accidents sont très rares !
    il faut savoir que les personnes qui gèrent la "cabane" sont pour la plupart contre le projet du port !

    RépondreSupprimer
  11. Attention aux charges des forces de l'ordre, ils ont tendances à pousser les gens a l'eau en ce moment.

    RépondreSupprimer
  12. Mon cher Jean-Yves,
    Tu sais que nous sommes souvent d’accord sur pas mal de points en ce qui concerne l’environnement de nos petits villages, mais là franchement je ne te suis pas sur ce coup-là !!!
    Pourquoi s’en prendre à ces jeunes qui ont eu l’idée géniale de monter ce concept, sans rien détruire, avec un vieux bâtiment pratiquement hors d’usage, posé au milieu des marais et qlq planches ... de proposer des activités sans moteurs : paddle, canoé, kayak, lieu où les gens peuvent venir avec des amis ou en famille et où la convivialité est au rendez vous !!!! Profiter par beau temps d’un fabuleux coucher de soleil autour d’une douzaine d’huîtres et d'un petit coup de blanc !!
    Une fois de temps en temps, un groupe vient jouer de la musique, c’est l’été et bien sûr, victime de son succès, l'endroit plaît beaucoup !!! mais les places sont comptées !!
    Alors, de grâce, laissons-les vivre !! Pour une fois que l’on a quelque chose de sympa dans le coin !!
    Habitant moi-même près d’un camping, je connais les petits problèmes que cela peut engendrer, mais ceux qui ne supportent vraiment pas peuvent vendre leur bien pour une belle somme !!! En ce moment, le marché est au plus haut et, s'ils optent pour un coin plus "campagne" du côté de la Mothe-Achard par exemple, là ils seront vraiment tranquilles !!!
    N’oublions pas que c’est grâce à nos jeunes que nous allons pouvoir nous en sortir, alors un peu de tolérance !!!
    N’oublions pas non plus les 25 à 30 % de votes FN sur nos communes, nous ne voulons pas de communes vieillissantes !! cela fait peur !!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Bonjour cher anonyme

      Je ne suis pas contre le projet initial de La Cabane et je ne ne suis pas contre les jeunes qui ont proposé ce projet.
      Je ne doute pas de leur fibre écologique et de leur amour des marais.
      Les questions que l’on peut se poser :
      Les engagements pris initialement par les jeunes sont-ils tenus aujourd’hui ? S’ils veulent s’exprimer sur ce point, un droit de réponse leur sera accordé dans ce blog.
      Pourquoi les autorités, les élus et responsables locaux n’ont-ils pas imposé des limites à ces activités sur site Natura 2000 et sur une zone particulièrement tranquille ? Il existe des règles et des lois, tout le monde doit les respecter.

      Je me suis contenté d’exposer une situation particulière, une dérive basée sur des observations. Je comprends que ça puisse choquer compte tenu de l’attrait du lieu.

      Je ne m’impliquerai pas plus dans cette affaire. Si une poursuite doit avoir lieu, elle doit être portée par les personnes concernées, les riverains en particulier.

      Amitiés

      Supprimer
    2. Bonjour,

      N'y-a-t-il pas moyen de faire quelque chose ? C'est vraiment frustrant de se sentir impuissant face à ces dérives...

      Anne - Lise 85

      Supprimer
  13. Bonjour
    Pour information, les aménagements ou activités en zone Natura 2000 devant faire l’objet d’une évaluation de leurs incidences sont répertoriés sur une liste nationale (article R414-19 du Code de l’environnement), complétée par des listes départementales (en Vendée : Arrêté 11/DDTM/357 SERN-NB du 24/10/2013 et Arrêté 13/DDTM/672 SERN-TNDL du 18/12/2013 consultables sur le site de la Préfecture de Vendée).
    De ce que je connais des activités de La Cabane, cet établissement n’entre pas dans le champ d’application de ces textes réglementaires et n’est donc pas considéré comme une source potentielle d’impacts.
    Toutefois, et là je rejoins Jean-Yves, il convient d’être vigilant sur l’évolution de ce site. Il faut souhaiter que ses gestionnaires gardent l’esprit du lieu et ce qui en a fait le succès : nature, tranquillité, simplicité et convivialité.
    J.

    RépondreSupprimer
  14. Les lois prétendument faites pour protéger l'environnement n'ont pas une grande force coercitive. Par contre c'est très intéressant cette histoire de pont pourri. Tout le monde est d'accord qu'il tient par miracle donc personne ne sera étonné le jour oû il créera un accident. Et à ce moment là, la force coercitive deviendra bien plus importante. Gniark, gniark, gniark!

    RépondreSupprimer
  15. Il était temps que l'on parle de cette cabane à touristes!
    Pour les habitants du marais qui sont venus là chercher la tranquillité, le silence, les bruits de la nature au fil des heures de la journée, il est inadmissible d'avoir à subir les nuisances de la circulation et des décibels le soir lorsque la cabane, elle, se réveille. On entend le tapage musical à des centaines de mètres à la ronde et pour les promeneurs du soir c'est insupportable. On n'est pas dans un zénith, alors à quoi ça rime de déployer autant de bruit dans la sono au point de ne plus pouvoir s'entendre parler lorsque l’on vient entre amis à la cabane ?
    Et puis pour aller y manger (lorsque l'on n’est pas adepte d'huitres) des rillettes de poissons tout droit issues du supermarché local ça fait cher la soirée...
    Effectivement côté hygiène et écoulements des eaux usées ce n’est pas top ! Les poissons vont bientôt avoir les boyaux à l'air...
    Pourquoi faut-il toujours qu’il y ait des indélicats pour piétiner les intérêts simples des autres ???????????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà bien un propos de bon sens.
      Le plus élégant serait en effet d'arrêter ces activités délétères.

      Supprimer
  16. La Cabane...
    Putain ! diraient les maquereaux...
    Là, les vautours en cravate se pavanent devant l'affiche touristique...
    Les octopoulpes cueillent toujours plus de billets avec les requins complices qui, entre 2 voyages à l'autre bout du monde, croquent la concurrence...
    Quotidiennement, le marais protégé est inondé de poules flottantes sur des planches, qui jactent si fort par peur d'être mouillées...
    Pendant que des troupeaux de porcs chient dans la sciure après avoir bouffé des huîtres que s'empressent de débarrasser des petits rats bien dressés...
    Accourent des ânes qui piétinent le milieu pour venir bander devant un si rare coucher de soleil...
    Le tout généreusement arrosé de boissons alcoolisées vu que les poulets ferment les yeux et protègent la poule aux œufs d'or...
    Au prix de la destruction, cette faune peu sauvage s'approprie un espace unique qui lui, devrait rester sauvage...
    Ce blé, si cher aux gallinacés, permet donc d'acheter les lois...
    C'est tout bêtement anti - nature...
    Logiquement...

    Anne-Lise 85 excédée par le manque de respect pour les riverains du chemin de la Chnoue et pour notre environnement et sa biodiversité qui nous permettent pourtant d'exister...Marre de tous ces cons auxquels les grosses huiles permettent de passer au dessus des lois et de tout détruire pour faire toujours plus de fric...Bande d’égoïstes qui vous foutez des générations futures...Qu'allons-nous laisser à nos enfants ?

    RépondreSupprimer