Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

samedi 17 novembre 2018

Normandelière et Port Bretignolles : tout va bien, un jour inoubliable !

Ouest-France du 17 novembre 2018. Feu vert au projet de port de Bretignolles

Un jour inoubliable !

Tous les indicateurs sont au rouge, nous allons droit dans le mur.
Tous les hommes politiques sont d'accord :
"il faut sauver la planète pour sauver l'homme et c'est maintenant qu'il faut prendre les bonnes décisions"

Et la bonne décision que pourrait prendre le préfet de Vendée suite à l'avis favorable de la commission d'enquête publique serait de créer un port de plaisance artificiel à Bretignolles-sur-Mer détruisant des espaces naturels terrestres et maritimes et faisant entrer la mer dans les terres !

Nos enfants se souviendraient de ce jour inoubliable

Voir le commentaire du 18 novembre - 8H37

Petits Suppléments

LOI n° 2016-816 du 20 juin 2016 pour l'économie bleue (1) - Article 85
A partir du 1er janvier 2025, le rejet en mer des sédiments et résidus de dragage pollués est interdit. Une filière de traitement des sédiments et résidus et de récupération des macro-déchets associés est mise en place. Les seuils au-delà desquels les sédiments et résidus ne peuvent être immergés sont définis par voie réglementaire.

TV Vendée du 16 novembre 2018. Projet de port de Bretignolles-sur-Mer : 4 avis favorables de la commission d'enquête sur 5 demandes

Journal des Sables du 16 novembre 2018. Port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer : la commission d’enquête a rendu ses conclusions

Le Reporter Sablais du 16 novembre 2018Vendée Port Brétignolles-sur-Mer – Conclusions de la Commission d’enquête

Site AvenirpourBretignolles du 17 novembre 2018. Billet d'humeur.
Il y a des jours où c'est la honte qui nous submerge !
Père, ne leur pardonnez pas car ils savent parfaitement ce qu'ils font !

23 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis trop tardivement que bien sûr il aurait fallu alerter les médias nationaux. Au lieu de rester ds le microcosme vendéen. Même à Nantes, le projet n'est pas connu..Et bien sûr même dans la communauté de communes, pourtant directement concernée. Peut être est il encore temps ? Je l'espère vivement..

      Supprimer
  2. Monsieur le Préfet
    S'il vous plait ne permettez pas le massacre de ce site incomparable et exceptionnel pour y garer des bateaux!
    Merci

    RépondreSupprimer
  3. La France au 1940 était au bord du gouffre. Et puis une petite lueur restait...
    D'accord ne réagissons pas à chaud, mais il faut voir maintenant quelles sont les procédures de recours qui peuvent exister.
    Notre combat n'est pas vain il faut encore se battre et se souvenir de ND des Landes...

    RépondreSupprimer
  4. Voilà donc ce que sont nos élus du Pays de Saint Gilles :http://www.bitly.fr/5r1

    RépondreSupprimer
  5. Enfin,une decision prise,
    Pour ou contre il y a des déçus et des satisfaits,ou vice versa!
    Il n'y a pas de perdant ou de gagnant!
    Faut savoir accepter l'avis et attendre la decision
    Le résultat par un vote aurait été identique
    Aune agression,aucune victoire, nous devons rester vigilants pour le futur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de perdants? Avec l'artificialisation d'un site naturel? Tout le monde est perdant, à terme.. Même ceux qui aujourd'hui se réjouissent.. Une fois le paysage détruit, c'est irréversible.. Et il y aura des digues, une drague en permanence... Personnellement, je suis vraiment triste. Que l'on ne me parle plus d'écologie ou d'intérêt public majeur.

      Supprimer
    2. Anonyme du 17 à 19h54

      Vous et chabot, vous auriez dû vous inspirer de ces bonnes paroles en 2011, au lieu de foutre le bordel avec les insultes et une manif de 1500 personnes aux Sables, pour demander pratiquement la mise à mort des membres de la commission d'enquête. Honte,honte et honte à tous ceux là !
      Heureusement que les opposants sont plus dignes, eux !

      Supprimer
  6. j'imagine qu'il va y avoir des recours de la part de la Vigie..quels seront ils ?? tribunal administratif avec l'aide de Corinne Lepage ?

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui frappe en premier, en parcourant les rapports de la commission d'enquête, c'est que les commissaires enquêteurs ont systématiquement cherché à démonter les arguments des opposants en s'appuyant sur les affirmations du maître d'ouvrage comme si les arguments des opposants n'étaient que des "faire-valoir" pour mettre en évidence les arguments du maître d'ouvrage
    la commission d'enquête a agi comme "une entreprise de démolition" des arguments des opposants.
    Comment l'expliquer ?
    On ne peut l'expliquer que par une posture politique, c'est ce qui se dégage des avis et des conclusions de la commission d'enquête et peut-être a-t-elle été désignée pour ça, peut-être était-ce la mission qui lui était confiée : vendre un projet de port de plaisance que le monde économique et des affaires réclame et qui s'inscrit dans la stratégie macronienne actuelle, tout faire pour l'économie et les finances même s'il faut en payer le coût environnemental.
    Comment pourrait-on expliquer autrement l'avis de la commission d'enquête ?

    RépondreSupprimer
  8. Démonter les arguments. Ok... Mais pourquoi ne pas avoir fait appel à un organisme indépendant ? Au lieu de laisser le maire répondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plusieurs personnes l'ont demandé dans des observations formulées au cours de l'enquête publique, l'avis d'experts indépendants, mais la commission d'enquête n'a pas donné suite.

      Supprimer
  9. Bonjour à tous,
    Regardez l'article 85 de l'économie bleue sur le site "Legifrance". En 2025
    les couts de dragage vont devenir intenables.

    RépondreSupprimer
  10. de Gilbert
    A lire : Pages 19 et 20 du document « RAPPORT Volume 1 – L’enquête publique »
    Réunion avec la Délégation de la Mer et du Littoral (réunion le 3 juillet)
    […]
    Les points suivants du dossier sont abordés :
    . Le PLU : le nouveau projet de PLU devrait être arrêté par délibération du Conseil municipal dans sa séance du 11 juillet 2018. Contrairement à ce qui nous avait été indiqué il n’est pas encore arrêté. Ensuite il sera soumis pour avis aux Personnes Publiques Associées (PPA) durée de consultation 3 mois. Au terme de ce délai l’avis des services de l’Etat sera signé par le Préfet de la Vendée. Les services consultés, autres que l’Etat, adressent directement leur avis au MO.

    Les enquêtes publiques du Port et du PLU n’auront donc pas lieu en même temps.
    Le Préfet pourra suspendre sa décision après le CODERS tant que le document d’urbanisme ne sera pas opposable conformément aux articles L.181-9 et R.181-41 du Code de l’Environnement.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, moi ce qui m’étonne le plus : c'est la rapidité de la décision . Par rapport a l’enquête publique precedente , il y a eu plus d'avis , plus de gens qui se sont exprimé , plus d'arguments a lire ..et là néanmoins, la decision qui tombe a la mi Novembre ??
    Y sont champions du monde ces enquêteurs publics !!
    Si c'est aussi rapide ..c'est qu'il y a un loup ! ( que je ne nommerais pas )

    RépondreSupprimer
  12. Pour un projet quasi identique à celui de 2011, des avis si différents ne sont pas justifiés. Il y a forcément eu pression

    RépondreSupprimer
  13. avant même l'enquête publique, les commissaires enquêteurs avaient déjà fait leur choix

    RépondreSupprimer
  14. J'ai assisté à un débat entre les enquéteurs et des gens de passage voulant des explications.....leurs réponses étaient clairement en faveur du port...pas de difficultés , tout était clair et net....

    RépondreSupprimer
  15. Les commissaires enqueteurs parlent du CODERS, ce qui est le sigle du Comité de la Retraite Sportive, peut être rèvent ils d'y adhérer ? Ils feraient bien car en réalité , il s'agit du CODERST, c'est à dire du Conseil de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques, dont le préfet pourrait demander l'avis. La rapidité de transcription n'est pas gage de qualité , c'est flagrant !

    RépondreSupprimer
  16. le dindon de la farce18 novembre 2018 à 21:58

    Il n'était pas facile en effet de rester convaincu de la neutralité de ces Messieurs, au demeurant fort cordiaux, après leur avoir rendu visite à la Mairie, malgré toute la confiance qu'on aurait aimé leur accorder.

    Et puis, quelle bizarrerie entre l'avalanche de questions posées au maître d'ouvrage après l'enquête et la satisfaction systématique face à ses réponses.

    RépondreSupprimer
  17. Ça y’est, nous y sommes ! Voilà le résultat de trois ans d’opposition molle, post soixante huitarde, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, on est les meilleurs car on a raison. A l’heure du macronisme et de l’économie débridée, même illusoire, dans les sphères les plus hautes, tout le monde se fout des petites fleurs, des grenouilles et de la nappe phréatique. Nicolas Hulot l’a bien compris. Il est un peu tard maintenant pour se rendre compte que la décision à la finale serait uniquement politique. S’il reste une petite chance de retourner la situation, c’est de faire le siège des politiques et des grands décideurs de l’administration en pratiquant un lobbying forcené comme l’a fait le porteur du projet depuis la première enquête publique. Monsieur Chabot a donné l’exemple de la voie à suivre, il est grand temps de montrer les dents…

    RépondreSupprimer
  18. Il ne reste plus qu'à enfiler, non pas nos gilets jaunes mais nos gilets de sauvetage !

    RépondreSupprimer