Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

vendredi 18 septembre 2015

Normandelière et la société BRL choisie pour couler définitivement Port Brétignolles

Saint-Hilaire-l'Océan 2020 - du 19 septembre 2015 - Un nouveau projet de port à Brétignolles, à la charge de la communauté de communes.

Merci aux personnes présentes au conseil communautaire du 17 septembre 2015 pour ces précieuses informations

Résultat de l'avis de marché : mission de maîtrise d'oeuvre relative à la création d'un port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer

Deux offres reçues dont une en-dehors du délai (quelques minutes ! une chance pour Christophe Chabot et sa bande !).
L'offre retenue est celle du groupement porté par BRL Ingénierie pour un montant de 1 592 485 €HT. L'offre comprend deux prestations complémentaires : « Ports Propres » et « HQE »
Le prix de la tranche ferme du marché est de 1 546 045 €HT.
L'offre de la société SEAMAR Engineering n'a pas été retenue pour cause de dépassement de délai (!)

Le montant de l'étude initiale permettant de parvenir à l'enquête publique est supérieur à 400 000 €HT.

Christophe Chabot a confirmé : si le projet de Port Brétignolles n'aboutit pas, la commune de Brétignolles remboursera la communauté de communes.
Un petit mensonge de plus !
Dis-moi Christophe, la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, qui gérerait Port Brétignolles s'il se réalisait, rembourserait-elle à la commune de Brétignolles-sur-Mer les quelques 6 000 000 € déjà dépensés si le projet aboutissait ?
Un autre petit mensonge que tu pourrais exploiter !

Mes commentaires

La société BRL Ingénierie remet le couvert après l'échec retentissant de 2011.

Quelle autre société aurait pu reprendre le dossier de port élaboré par BRL Ingénierie, dossier qui a été critiqué sévèrement par plusieurs préfets de Vendée, par l'Autorité Environnementale et par la commission d'enquête de 2011 ?

Ce qui a été dit (ou écrit) restera vrai pour tout nouveau projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière.

Les avis émis par les différents préfets de Vendée vont tous dans le même sens et conduisent aux conclusions suivantes :
1 – Il n'y aura pas de nouvelle enquête publique sur le projet actuel.  Une nouvelle enquête publique ne pourra, le cas échéant, porter que sur un projet substantiellement différent de celui déposé, qui devra être considéré comme définitivement abandonné.
2 – La Normandelière n'est pas le bon endroit pour installer un port. Pour qu'un tel projet soit réalisable, il faudrait une raison exceptionnelle, un intérêt public majeur.
3 – En termes d'intérêt général, d'autres sites vendéens sont plus appropriés que Brétignolles où les enjeux environnementaux sont importants.
BRL Ingénierie s'attaque à une montagne infranchissable.

L'Avis de l'Autorité Environnementale sur le projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière est particulièrement sévère. De plus le travail de BRL ingénierie a été particulièrement ciblé (des approximations méthodologiques tant des points de vue technique qu'économique) - voir leurs conclusions ci-dessous.




















Les 51 recommandations de la commission d'enquête de 2011 rendent tout projet impossible sur le site de la Normandelière - voir une partie des conclusions dans le rapport concernant l'environnement -













Faut-il rappeler que BRL Ingénierie, un groupement du Sud de la France, là où sévit Serge Pallarès et sa bande :
1 – n'a jamais réalisé de port de plaisance et n'a aucune expérience dans ce domaine.
2 – propose un projet de port de plaisance particulièrement dangereux parce que innovant, n'existant pas aujourd'hui, avec des récifs artificiels pour protéger l'avant-port. Il ne faut pas être grand spécialiste pour imaginer ce qui se passerait si un tel projet était réalisé : il faudrait, dans les années suivantes, prolonger les ouvrages de protection jusqu'à la côte pour sécuriser totalement l'avant-port, ce qui mettrait en danger d'érosion accélérée tout le littoral Sud.

BRL ingénierie : c'est le changement dans la continuité.
BRL ingénierie va couler définitivement le projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière et ce sont les contribuables locaux qui financeront, à perte, les nouvelles études de BRL Ingénierie.

Petit Supplément

Le dernier port créé sur la côte atlantique est Port Médoc, inauguré en 2004. Christophe Chabot a cité plusieurs fois Port Médoc comme un exemple à suivre, il avait même invité le directeur de Port Médoc à la réunion publique du 23 juin 2011 pour convaincre les commissaires enquêteurs !
Pas sûr que le retour d'expérience de Port Médoc soit un atout pour le projet de Port Brétignolles,
On pourrait dire de même pour Port de Morin.
Si les pouvoirs publics ne veulent plus créer de nouveaux ports sur le littoral, c'est parce qu'ils connaissent les impacts environnementaux de tels projets (retour d'expérience) et qu'ils savent les coûts pour la collectivité.

19 commentaires:

  1. Encore des études onéreuses à perte!

    Cette fois-ci elles seront à la charge de l'ensemble des contribuables de la ComCom.
    Chabot a beau en promettre le remboursement si le port ne ce fait pas, cela n'engage que ceux qui veulent bien l'entendre et le croire. Un tel remboursement n'est pas possible juridiquement et n'est même pas envisageable dans le cadre d'un budget des collectivités locales.

    En ce qui concerne BRL, il faut rappeler:
    - le contentieux avec la Mairie de Brétignolles pour un montant de 300 000€, suite à la délibération municipale du 15 juillet 2010 où Chabot fait modifier unilatéralement par son conseil municipal le contrat qui liait BRL et la commune. En répondant à cet appel d'offre, BRL espère sans doute récupérer d'une manière ou d'une autre ses 300 000€. (D'où le montant de l'offre?)
    - que sur une période de 4 ans, les différents projets de BRL ingénierie ont obtenu 10 refus nets.
    - que leur inexpérience en matière de conception et construction portuaire est toujours de mise.

    Il est surprenant qu'un second soumissionnaire sur un tel type de marché se voit éliminé pour un hors délais si petit! Ne serions nous pas menés en bateau?

    Avec BRL, nous allons repartir de manière certaine vers un projet quasi identique au précédent, avec quelques modifications à la marge, qui c'est sûr va encore une fois se solder par un échec.

    Pour la ComCom le compteur est ouvert, reste à savoir jusqu'à combien il s'élèvera. En cette période de crise, la gestion raisonnable des deniers de chacun n'est pas de mise au Pays de Saint-Gilles.
    C'est tellement facile de dépenser l'argent des autres pour son seul égo! Où est l'intérêt général?

    Avec Chabot tout est possible, surtout le pire.

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes partis pour un 14 à 0 avec notre argent

    RépondreSupprimer
  3. On ne s'est pas bousculé au portillon pour répondre à l'appel d'offre, c'est le moins qu'on puisse dire, mis à part BRL qui veut récupérer ses 300 000 euros sans se fatiguer puisque le travail a déjà été fait.
    On espère aussi que le bon docteur Bougis sera convié pour renouveler sa prescription garantissant 5000 ans sans Xynthia.
    Si tout cette mascarade était gratuite pour les contribuables de la ComCom, on pourrait en rire .

    18 : 22

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Deux offres seulement, dont une arrivée en retard !
    On ne peut pas dire que la collectivité ait eu l’embarras du choix. Mais ça doit les arranger.
    Le très faible nombre de candidatures peut avoir 2 raisons : les bureaux d’études ont considéré que la mission était déjà attribuée au précédent prestataire (on parle de « marché captif ») ou alors ils estiment que le projet est « pourri ». Ca peut aussi être pour les deux raisons : un « marché captif » sur un projet « pourri » !
    Soit dit en passant, répondre hors délai peut-être un bon moyen pour un bureau d’études de répondre sans risquer d’être retenu et sans froisser le maître d’ouvrage ou bien pour servir de faire valoir à un autre prestataire.
    Donc, BRL retourne au charbon pour essayer de récupérer quelques sous (c’est humain et c’est leur job), auprès d’une collectivité qui gaspille son argent sans compter (ça, c’est moins normal).
    En fin de compte, on retrouve la même équipe de « vainqueurs » (ironie, bien sûr) que sur le projet précédent. A croire qu’ils aiment prendre des gamelles !
    Et on sera là pour les aider…
    A suivre
    J. Ecoguetteur

    RépondreSupprimer
  5. 2 mn de retard, ça sent l'arnaque.
    La société SEAMAR serait-elle un faire-valoir dans l'opération, complice de BRL ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur,
      de telles affirmations sont diffamatoires. Pour information l'offre remise, certes avec du retard (soyons précis, 4 minutes et 47 secondes dues à un problème de téléchargement sur la plateforme des marchés), a mobilisée près de 10 personnes à plein temps pendant près de trois semaines pour un rendu d'environ 1000 pages.
      Votre méconnaissance de la société SEAMAR, de sa politique commerciale et du marché national de l'ingénierie portuaire est flagrante.
      Pour information, Mr Bourcereau nous a contactés pour de plus amples informations sur cet "incident", nous lui avons aimablement répondu sur ce qu'il en était et nous avons également échangé avec lui sur différents thèmes du projet ce qui j'espère lui a permis de ce rendre compte de notre investissement et de notre intéret pour le projet.
      En conséquence de quoi, je vous prie de ne plus réitérer de tels affirmations sous peine de poursuite.

      L. JOLIVET
      Chef de projet SEAMAR Engineering

      Supprimer
    2. Je confirme l'entretien avec M.Jolivet de la société SEAMAR Engineering et des échanges très intéressants.
      J'ai surtout retenu que le projet de Port Brétignolles était à revoir de A à Z et que le chenal d'accès au bassin portuaire ne serait jamais navigable 24H/24 compte tenu de la configuration de l'avant-port.
      Après ces échanges et après avoir parcouru le site internet de la société SEAMAR Engineering, il me semble que cette société a plus de compétences et plus de références que la société BRL pour mener à bien le développement de nouvelles structures portuaires.

      Supprimer
    3. Mr JOLIVET de 18h11,

      Je ne suis pas l'auteur du commentaire qui vous a choqué, mais n'en faites pas trop quand même en montant sur vos grands chevaux !
      Car, lorsque l'on veut obtenir un marché public on attend pas les 4 dernières minutes pour candidater, alors que l'appel était lancé depuis plusieurs mois !

      Vous n'empêcherez personne d'avoir les plus forts doutes sur la stratégie que vous avez employée, alors apprenez à la mettre un peu en veilleuse, plutôt que menacer de procès, ce qui n'intimide personne, ceux qui ne sont pas de votre avis !
      A bon entendeur salut !

      Supprimer
  6. Va-t-on financer le port avec le nouveau calcul de redevance sur les ordures ménagères?

    RépondreSupprimer
  7. Vigilance ! Vigilance ! Vigilance !

    Que BRL soit à nouveau choisi par chabot n'est pas surprenant, car l'un et l'autre se tiennent par la barbichette !

    1/ - L'un (chabot) doit encore plus de 300 000 euros à l'autre, en vertu d'ailleurs d'une délibération du conseil complètement illégale, car dans un marché public, on ne peut pas subordonner le paiement de 10 % du montant du marché, à l'obtention des autorisations administratives de réalisation du port !

    2/ - L'autre (BRL), s'est rendu coupable d'une série de mensonges dans son étude et dans les auditions pratiquées par la commission d'enquête, sous la contrainte de Chabot d'ailleurs (qui serait sans doute prêt à "balancer", n'en doutons pas, si BRL ne se pliait pas à nouveau à ses exigences).

    Série de mensonges qui ont été révélés par la commission d'enquête et dont le plus célèbre est celui du directeur de BRL en personne SVP ! qui, en 2011, pendant 4 heures ! a soutenu aux commissaires enquêteurs que les 300 000 m3 d'eau de la carrière du Brethomé ne provenaient pas des nappes, mais était le résultat d'une accumulation des eaux de pluie depuis sa fermeture il y a 30 ans !!!

    Arguments qui ont été magnifiquement démontés par l'hydrogéologue entendu par la commission d'enquête, qui avait apporté les preuves irréfutables d'une supercherie !

    Ces deux auditions sont d'ailleurs succulentes, au point qu'il faut les relire pour s'imprégner des fourberies, ruses et autres procédés de maquignon, qui ont été utilisés à l'époque pour tenter de convaincre les commissaires enquêteurs !

    On pourrait aussi rajouter, mais juste pour rire ! le mensonge auquel le même homme s'était livré en prétendant que l'ensablement du chenal était devenu impossible et ce pendant les enquêtes publiques SVP ! en raison de l'accélération des sédiments provoqués par un procédé tenu secret ! et propulsant ces sédiments à une vitesse si grande, qu'ils n'avaient plus le temps de s'arrêter dans le chenal (un peu comme les bolides dans la ligne droite des Ménaudières aux 24 heures du Mans ! )

    Donc il va y avoir nécessité, dès que le dossier aura fait quelques passages en Préfecture, de lire et relire attentivement ce dossier, car les même procédés seront inévitablement utilisés pour convaincre !

    Donc soyons très attentif ! vigilance ! vigilance et revigilance !

    RépondreSupprimer
  8. Vous avez dit "exemplaire", comme c'est exemplaire !

    Enfin ! le maire de Brétignolles qui, contre toute attente, a déjà qualifié son nouveau projet de "port exemplaire", va peut-être pouvoir nous dire cette fois-ci, ce que veut dire EXEMPLAIRE, puisque lors du premier projet il n'avait pas été fichu de répondre à cette question :
    "En quoi votre port est-il exemplaire ?", sinon que par cette réponse affligeante :
    "Le port est exemplaire parce qu'il est exemplaire et parce que je vous le dis" !

    Les enchères sont ouvertes ! Pourra-t-il en dire plus cette fois-ci ?
    A moins qu'il délègue SOULIER pour répondre à sa place ( y'a un moment qu'on ne l'a pas entendu celui- là ! ) ou tiens un revenant BROCHET, qui pourrait faire un effort s'il veut son pont tournant au dessus du chenal !!!
    A moins que le sachant rabiniaux, leader et déjà les pieds dans les startings-blocs ! étale son talent ! pour donner toute explication !!!

    Manque plus que le chapiteau et le cirque pourra recommencer !!!

    RépondreSupprimer
  9. C'est vrai Christophe Chabot ne fait pas l'unanimité à la CDC sur ce dernier vote pour valider BRL.

    En effet il ne récolte que 44 voix pour , face à 2 oppositions et 1 abstention !! Véritable echec non?
    Tout comme pour le transfère de compétence où il y avait eu 14 communes sur 14 qui ont voté pour.
    Heureusement que le sieur Biron est là ( de la pierre au béton rappelons le) pour voter contre le SCOT en conseil municipal à Bretignolles. Il n'a visiblement pas compris que le SCOT ne se résumait pas au port de Bretignolles!
    Un jour viendra où il se rendra compte qu'il se force à faire le méchant, lui qui n'est que bonté , bienveillance et franchise .



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui ... aura la tapette !

      Supprimer
    2. Sam reprends de 00h50 !

      Y'a rien à redire sur le fait que chabot ait obtenu autant de voix pour le choix de BRL, sinon que les représentants des communes ont les yeux bouchés ! ils voteront moins pour lui lorsque l'ardoise arrivera !
      Heureusement d'ailleurs que chabot a obtenu autant de voix, car la peau des contre (mis à part celle des opposants) n'aurait pas valu bien chère !
      Vous savez très bien qu'on ne peut pas voter contre ce que dit chabot, sinon ce sont les délégations ou vice-présidences qui sautent et les petits avantages qui vont avec !!!...

      Alors ne claironnez pas sur un succès de chabot !. Vous êtes ridicule !
      Chabot gouverne comme un despote né ! c'est tout.
      Heureusement qu'il reste encore des Mr Biron !

      C'est vous qui n'avez rien compris et qui tentez de faire avaler des couleuvres pour le compte de chabot !
      Le SCOT, c'est certain ne se résume pas au projet de port, mais il n'a pas a y figurer, puisque le projet d'études n'est même pas abouti !
      Et puis seriez vous bête au point de ne pas voir ce qui se prépare ?
      Chabot est en train de remettre le couvert pour se servir de ce projet comme d'une locomotive pour tenter d'être candidat à la députation dans un an et demi, comme il l'a fait en 2011 avec le succès que l'on connait !!!

      Tenez une petite dernière, pour rigoler :
      L'étude de BRL en 2011, constituant le dossier d'enquête était tellement honnête qu'il y était indiqué qu'il n'y avait aucun puits d'eau douce dans l'emprise de la DUP.
      La commission d'enquête en a découvert et recensé une demi-douzaine, autant que je me souvienne ! c'est pas beau çà !

      Alors évitez de venir déféquer vos éloges sur chabot sur ce blog !

      Supprimer
    3. Éloges ou pas, c'est une constatation !! Chabot obtient régulièrement la quasi unanimité pour tous les votes qui portent sur le projet de port .... Le constat est que, soit les élus sont des moutons de Panurge, soit ils sont mieux renseignés que les opposants au projet et votent en connaissance de cause. Dans tous les cas, le train Chabot continu d'avancer avec de plus en plus de wagons alors que les opposants le regarde passer.... Ça, c'est le triste constat de la situation actuelle.

      Supprimer
    4. C'était aussi le cas avant 2011, ne clamait-il pas que 85% de la population le soutenait, qu'il avait le soutien de l'Etat, des ministres, des élus locaux, ... et pourtant le résultat fut sans appel : 7 avis négatifs, 0 avis positif lors de l'enquête publique sur son projet de port.
      Plus que vos fanfaronnades, c'est ça qui donne la motivation à l'opposition au projet.
      Le train Chabot et ses wagons dérailleront une nouvelle fois, ... c'est écrit.

      Supprimer
    5. Anonyme de 9h15 !

      Vous semblez vraiment avoir des difficultés à lire et comprendre ce qui est écrit !
      Je viens de vous expliquer à 8h42, les raisons pour lesquelles chabot a autant de voix à la com. com. ou au conseil municipal de Bréti, alors ne reposez pas la question et relisez et vous serez édifié !

      En 2011 aussi, il y avait, selon chabot, 90 % de la population qui était favorable au projet de port ! Il n'en reste pas moins que le projet a été recalé et en beauté !
      Si vous n'avez pas encore compris la philosophie d'un projet, il faut vous "réveiller" !

      100 % de la population serait favorable que çà ne changerait pas grand chose !

      Une bonne foi pour toutes ! un projet n'est pas une consultation politique !
      Ce ne sont pas les désirs de la population qui comptent, mais les lois et règlements de la République ! est-ce compris ?

      S'il s'avère que les désirs de la population sont parfaitement concordants avec les lois et règlements, c'est tant mieux et bienvenu car à ce moment là, cela vient conforter le projet, mais si c'est l'inverse çà ne pèse rien les désirs !

      Le problème dans tout cela c'est que chabot tente en permanence de faire croire qu'il est le maître ! Non ! non ! et non, il n'est que le valet de la république chargé de faire respecter les lois et règlements ! rien d'autre !

      La leçon est-elle comprise ?

      Supprimer
    6. Le "valet de la République" : OUI,
      mais chargé de faire respecter les lois et règlements : NON.
      Il en va de même pour son projet de port que pour le stationnement de véhicules sur la plage : "cela est illégal et tout le monde le sait", dixit Chabot soi-même publiquement !....

      Supprimer
  10. De plus, techniquement, ce port est IRREALISABLE.
    A quoi cela servirait il d'avoir des autorisations (par exemple avec des bonnes bouffes dans la gueule !!!!! comme Chabot a eu la naïveté de croire), si ce truc est impossible.

    RépondreSupprimer