Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

jeudi 30 janvier 2020

Normandelière et Port Bretignolles : le projet démonté à La Roche sur Yon

La soirée débat du 29 janvier 2020 à La Roche-sur-Yon est présentée, dans son intégralité, sur une vidéo disponible sur Facebook (Merci Stéphanie Chauvet) - durée : 2H30'
Introduction par Jean-Baptiste Durand
Les études hydrogéologiques par Gilles Bresson (Michel Chevalier présent) - curseur 8'
- voir un résumé de l'intervention de Gilles Bresson dans Plus d'Infos -
Les études économiques et financières par James Tignola - curseur 37'
La situation et la genèse du projet par Jean-Baptiste Durand - curseur 1H12'
L'intervention de Yves Le Quellec de France Nature Environnement - curseur 1H52'

Les experts qui sont intervenus ont été très convaincants et n'ont laissé aucune chance au projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière à Bretignolles-sur-Mer

Pour sortir d'une situation où deux camps s'affrontent, Yves Le Quellec de France Nature Environnement propose un moratoire, une période de réflexion, avec des services de l'Etat indépendants, qui permettrait de proposer des solutions durables, d'intérêt général, pour le site de la Normandelière respectant le lieu et ses caractéristiques naturelles et tenant compte du changement climatique avec montée des océans et recul du trait de côte - curseur 2H22'.
C'est la voix de la sagesse, sera-t-elle entendue ?


Facebook du 29 janvier 2020 (Merci Boutros Dubois)
Succès de la réunion publique contre le projet de port de plaisance à Bretignolles
Près de 150 personnes ont assisté ce soir à une réunion publique à la "Vallée verte". Divers spécialistes sont intervenus pour démontrer l'absence d'étude sérieuse d'hydrogéologie et la rédaction de rapports manquant totalement d'objectivité et de rigueur scientifique. Une autre intervention à mis le doigt sur la légèreté de l'étude économique (coût de 45 millions d'€ pour des recettes très largement surestimées). De nouvelles raisons de continuer à s'opposer fermement à ce projet totalement nuisible 

NOTA : quelques petites pistes de réflexion sur le coût du projet - c'est mon analyse

Voilà le coût du projet prévu par les promoteurs du projet, présenté dans le dossier de port soumis à l'enquête publique de 2018, qui pourrait donner lieu à un montage financier ne sollicitant pas les contribuables locaux car équilibré par les recettes de la vente d'anneaux en amodiation et de la location d'anneaux.

Est-ce possible ?

Coût global du projet : 43 MEuros
Coût des travaux portuaires : 32,6 MEuros

1 - la réserve de la commission d'enquête publique de 2018 porte sur le coût des travaux portuaires que les promoteurs du projet doivent contenir dans 30 000 000 d'euros.
Christophe Chabot a dit que cet objectif serait atteint une fois la subvention départementale de 3 000 000 d'euros soustraite, ce qui est une interprétation discutable que nous contestons.

2 - Y aura-t-il un consortium d'entreprises qui prendra le risque de négocier à l'amiable avec les promoteurs du projet et de signer un coût initial des travaux portuaires de 32 600 000 d'euros ?
Ce ne serait qu'un coût initial, les surcoûts de chantier, inhérents à ce type de projet, seraient tels que le coût final des travaux portuaires se situerait entre 50 et 60 MEuros.
Mais le coût négocié initial de 32 600 000 d'euros permettrait à Christophe Chabot de lancer le chantier en affirmant que la réserve de la commission d'enquête était levée. Nous serions dans la situation du projet de déviation de Beynac, un passage en force suivi d'une sanction administrative avec demande de remise en état du site au frais du contribuable.

3 - Mis à part le coût des travaux portuaires, il y a les expropriations et les mesures compensatoires qui seront plus coûteuses que prévu et qui alourdiront le coût global du projet.

4 - Dans tous les cas, en final, le coût global du projet serait bien supérieur à 43 MEuros et il faudrait emprunter plus sur plus longtemps. Aujourd'hui les promoteurs du projet envisagent un emprunt de 30 732 729 euros sur 30 ans. Il faudrait emprunter plus (probablement 50 MEuros) sur plus d'années (probablement 50 ans), ça ne semble pas poser de problème à Christophe Chabot 

5 - Les importants revenus annuels du port, l'équivalent de 4000 maisons secondaires, des milliers d'euros, promis par Christophe Chabot seraient effectifs qu'après le remboursement des emprunts et des frais associés, soit probablement dans 50 ans.

Comment peut-on envisager un tel scénario sur tant d'années ?
Sur une telle période, les gestionnaires du port devraient continuer à investir, pour améliorer les infrastructures portuaires, pour répondre aux besoins des usagers et comme tous les revenus du port seraient mobilisés pour le remboursement des emprunts et des frais associés, ce serait la collectivité qui devrait mettre la main à la poche pour financer de nouveaux coûteux investissements.

Ce port de plaisance serait un puits sans fond pendant de longues années. Christophe Chabot s'en fout, ce serait ses successeurs qui devraient gérer la crise, lui il aurait inauguré le port et ne serait plus là pour rendre des comptes.

J'attends bien sûr vos commentaires sur ce sujet

Lire la suite dans Plus d'Infos

Résumé de l'intervention de Gilles Bresson

Dordogne : un appel à « résister contre l’injustice » et pour la déviation de Beynac

Extrait du Journal des Sables du 30 janvier 2020 - Cérémonie des voeux

Ancienne colonie. Précision de la mairie

Atteintes écologiques : un projet de loi ouvre la voie à la spécialisation des juridictions



Facebook de Demain Bretignolles du 30 janvier 2020 : Résumé de l'intervention de Gilles Bresson
Un petit résumé de la conférence de Mr BRESSON, hydrogéologue émérite, hier à la Roche/Yon.
Il existe un équilibre en bordure de côte, entre l’eau douce et l’eau salée. Il faut savoir que lorsque l’on baisse de 1 cm l’eau douce, cela fait remonter l’eau salée de 40 cm, donc 1 m d’eau douce en moins, c’est 40 m d’eau salée en plus !
C’est dire le désastre écologique que représente un projet tel que le port de Bretignolles.
Il existe devant la coulée d’entrée, une magnifique faille qui va se prolonger à l’intérieur du port. Les instigateurs du projet et leur bureau d’étude ne le savent pas car ils ne l’ont pas étudiée.
Les schistes ne sont pas homogènes, ils présentent beaucoup de failles, ils ne sont donc pas étanches. Le bassin nord va descendre à 12 m de profondeur, ils auront bon installé une paroi étanche verticale, ils n’empêcheront pas les fuites en dessous, ce qui va conduire à l’assèchement de la nappe du marais Girard et la zone humide deviendra un marais salant avec tous les effets meurtriers sur la biodiversité existante.
La carrière du Bréthomé a une superficie d’environ 3 ha et une profondeur de 20 m. Le rapport de Géoarmor de 2008, effectué pour une éventuelle réouverture de la carrière, conclu que l’eau présente, correspond au niveau de la nappe phréatique. Dans le dossier officiel, le maître d’ouvrage affirme, sans aucune preuve scientifique, que la carrière est remplie grâce à d’eau de pluie. Affirmation qui a été avalée sans sourciller par les rapporteuses de l’autorité environnementale et la commission d’enquête
En 1989, cette carrière a été vidée, elle a mis 4 à 5 mois pour se remplir à nouveau. Si cela n’était que l’eau de pluie, il aurait fallu un siècle !
Comment peut-on mentir à ce point dans un dossier officiel sans aucune vérité scientifique !!! Mr Bresson en a averti le préfet et la commission d’enquête, il a même proposé une liste d’hydrogéologues afin de désigner un expert pour réaliser une étude scientifique incontestable. Pourquoi se sont ils bouchés les yeux et les oreilles, sans l’ombre d’un doute, si cette enquête n’avait pas été téléguidée dès le début.
Aucune étude géophysique pour détecter la fissuration profonde n’a été réalisée. L’hydrogéologie est une science physique, exacte, de mécanique des fluides et la géologie, une science de la nature des roches. La transmissivité, paramètre essentiel, le B.A.- BA. de l’hydrogéologie : ils ne savent même pas ce que c’est ! Leur étude géotechnique est adaptée pour la construction de bâtiments mais surement pas pour des travaux de cette ampleur sur une telle surface. Cela a été calculé par ordinateur, cela a coûté très cher, pour une finalité peu fiable et pas réaliste.
Ces manœuvres frauduleuses seront révélées et éclabousseront les donneurs d’ordre et les exécutants.


Sud-Ouest du 30 janvier 2020. Dordogne : un appel à « résister contre l’injustice » et pour la déviation de Beynac

Voilà exactement ce que serait la réaction de Christophe Chabot s'il décidait de passer en force en lançant la réalisation de son projet de port de plaisance et si, une fois le chantier bien engagé, la justice administrative arrêtait les travaux et demandait la remise à l'état initial du site.
L'Etat, la Justice, les associations, ... tout ce petit monde en prendrait pour son grade !
En final ce sont les contribuables qui paieront l'addition à Beynac : le coût des travaux engagés, le coût de la remise à l'état initial. Quel gâchis !
Que l'affaire de Beynac serve de leçon et que l'Etat prenne ses responsabilités à Bretignolles en exigeant de Christophe Chabot un moratoire en attente du jugement de tous les recours administratifs. C'est la seule voie raisonnable.


Extrait du Journal des Sables du 30 janvier 2020 - Cérémonie des voeux








Journal des Sables du 30 janvier 2020 - Ancienne colonie. Précision de la mairie

Les diagnostics avaient été effectués en 2017 et leur zonage ne nécessitait pas de permis de démolir !!!!

Pourquoi ne rendent-ils pas publics les documents ?
Avant fin mars 2017, le document d'urbanisme de référence était le POS de 1998, à partir de début avril 2017, la commune est passée sous RNU (Règlement National d'Urbanisme). Le PLU n'est devenu exécutoire qu'en avril 2019. De quel zonage parle-t-on ? Quel est le document d'urbanisme qui a mentionné que le zonage ne nécessitait pas de permis de démolir ? Vraiment pas très convaincante la précision de la mairie.


Localtis du 29 janvier 2020Atteintes écologiques : un projet de loi ouvre la voie à la spécialisation des juridictions
Créer des juridictions spécialisées pour améliorer la réponse judiciaire aux atteintes à l’environnement, l'idée a finalement fait son chemin à la Chancellerie. Un projet de loi relatif au Parquet européen et à la justice pénale spécialisée, présenté en conseil des ministres ce 29 janvier par la garde des Sceaux, prévoit la création de pôles spécialisés dans le ressort de chaque cour d'appel et l'affectation de magistrats formés à ce contentieux technique.

48 commentaires:

  1. Vraiment dommage que ce débat, semble t il mieux préparé, ait eu lieu en dehors de la CAC.
    A quand ce même debat à St Hilaire et dans les autres communes?
    Christian Barreau Brem sur mer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de doute quant à l'intérêt de cette réunion et sa préparation mais pas plus de participants qu'à St Gilles.. une question à se poser quand même !

      Supprimer
    2. ce débat a eu lieu à St gilles croix de vie le lundi 20 janvier. 150 personnes étaient présent ainsi que Mr Chabo
      t qui n'a pas daigné intervenir

      Supprimer
    3. Qui n'a pas jugé utile d'intervenir! ... Etait-ce une réunion avec debats contradictoires ?

      Supprimer
  2. La référence des hauteurs d'eau de mer est prise à marée basse par coefficient de 120 (le plus important des coefficients),on appel ça le zéro des cartes marine.Là dessus il faut ajouter la marée.Quand il est dit que la ferme
    est à 6m ou le bourg de brétignolles à 11m il faut y enlever la marée qui peut être de 5 ou 6m selon les secteurs.Ca change beaucoup les choses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faux vous parlez du niveau de la mer et non de celui du niveau par rapport à la mer qui lui est pris par rapport au niveau moyen de la Méditerranée qui a très peu de marée

      Supprimer
    2. L'attitude est toujours donnée
      par rapport au zéro des cartes marines. Il faut donc ajouter la marée.

      Supprimer
  3. Vous avez encore balancé n'importe quoi sur les réseaux sociaux !!!
    On vous l'avait bien dit de vérifier si en effet il y avait de l'amiante et si un permis de démolir était indispensable dans le cas de cette colo !
    On ne gagnera jamais avec des pinpins comme vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le journal des Sables est à la botte de C Chabot Anonyme de 09h32.
      Donc infos a prendre avec des pincettes !!!!

      Supprimer
    2. Fallait s'y attendre! ..Classique.. Tout ce qui est contraire , sans justification bien sûr, est FAUX.. C'est avec ce genre de réaction que vous pensez convaincre les gens?

      Supprimer
    3. Ou se trouve le rapport d'expertise et la je croirait.

      Supprimer
    4. Pas sûr !!!! Lol

      Supprimer
  4. Dommage en sautant sur n'importe quel motif sans reflechir, voilà le résultat :"toutes les catastrophes sanitaires " annoncées par tous ceux qui "savaient", ( à moins de le contester évidemment, une fois de plus, sans preuve) ! On a atteint des sommets !

    RépondreSupprimer
  5. Tout-à-fait d'accord avec l'analyse de Jean-Yves sur le coût du projet. En particulier il est important d'avoir conscience que la communauté de communes devra de toute façon remettre la main à la poche. Si l'on suppose que l'on emprunte même seulement sur 30 ans, des investissements de remplacement ou des investissements supplémentaires seront forcément nécessaires avant l'écoulement des 30 ans.
    Et si l'on veut que "cela ne coûte rien au contribuable", ce sera possible, mais en réduisant les autres dépenses de la cc, dépenses d'investissement ou dépenses de fonctionnement. Les habitants de la cc seront d'une manière ou d'une autre les dindons de la farce.

    Tant que l'on parle de dindons de la farce, les autres dindons sont les actuels commerçants de Brétignolles qui vont voir leurs affaires baisser pendant les 3-4 ans de travaux (à partir du mois de mai prochain ?). Mais ils attendent ensuite la venue d'une "clientèle de qualité".

    RépondreSupprimer
  6. "Les diagnostics avaient été effectués en 2017 et leur zonage ne nécessitait pas de permis de démolir"

    Bon, il faut rappeler à la mairie que les diagnostics amiantes sont différents des diagnostics amiantes avant travaux ou démolition.
    Les DAT/DAD sont des diagnostics à part et très particuliers. Ils contiennent notamment les procédures d’exécution des travaux.

    Ensuite ce n'est pas parce que l'on se trouve dans un zonage "sans permis de démolir" qu'il ne faut pas réaliser les DAT/DAD.

    La mairie pourra raconter ce qu'elle veut mais l'absence de DAT/DAD est illégale.
    Pour clore toute polémique, la mairie devrait diffuser le DAD (s'il existe).

    JFL

    JFL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grand-chose de nouveau finalement... toujours les mêmes discours.. les mêmes "si", l'amiante..... et maintenant concrètement on en fait quoi?

      Supprimer
    2. En cas de non-respect de la réglementation amiante issue du Code de la santé publique, une amende de 1500€ est encourue par le titulaire de l'obligation, amende portée à 3000€ en cas de récidive (articles R1337-2 à R1337-5 du code de la santé publique).

      En cas de non-respect de la réglementation amiante issue du Code du travail, et notamment la non réalisation de l'évaluation initiale des risques ou sa mise à jour, une amende de 1500€ est encourue par le titulaire de l'obligation, amende multipliée par le nombre de salarié concerné par l'exposition à l'amiante, et portée à 3000€ en cas de récidive (Article R4741-1 du Code du travail).

      La responsabilité pénale peut également être recherchée sur le fondement d’autres textes (articles 223-1, 221-6 et 222-19 du code pénal).

      Supprimer
    3. Oui vaut mieux clore en effet parce que toutes ces explications, dont je ne doute pas de la véracité mais bien fastidieuses pour des citoyens lambdas, ca sert à quoi finalement, en l'état actuel des choses?

      Supprimer
  7. Enfin une bonne nouvelle : le loustic de la Chapelle-Hermier était épuisé . On lui en fait partager une autre (bonne nouvelle) : il le sera encore plus dans le futur, car le pire pour lui est à venir. Cela dit sans haine , ça va de soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous essayez-vous d'être drôle.. ou vous êtes juste content de vous? Ce n'est sans doute pas de la haine, mais de l'antipathie certainement...L''homme le plus pitoyable est celui qui se réjouit du malheur d'autrui…" Proverbe latin à méditer.

      Supprimer
    2. Anonyme de 23h10
      Vous vous posez en donneur de leçons par votre commentaire... Finalement c'est là votre seul argumentation...
      Quant on parle du coût des travaux, il n'y a personne pour démontrer que ce qui est dit dans le blog est faux.
      Mr Rabiniaux devrait passer plus de temps à nous démontrer que les chiffres avancés ici sont erronés... et arrêter ses coups bas, ce serait plus utile!
      Quant au changement climatique, il est là, encore un rapport (celui de Buchou) qui ne sert à rien.

      Supprimer
    3. En s'appuyant, effectivement épuisé, sur les épaules de Louis Guédon et de Jean-Claude Merceron (voir la photo des voeux du 24 janvier)on constate qu'il est obligé d'aller chercher des soutiens politiques "Hors d'Age"comme son projet de port!

      Supprimer
    4. 10:46
      Faudrait peut-être prendre le temps de lire! Donneur de lecons? Où avez-vous lu ça ? Et pourtant pour le respect , de part et d'autre d'ailleurs, ce ne serait pas du luxe pour certains. "Se réjouir" comme l'a fait 13:33, je trouve ça consternant, réaction épidermique de ma part... point barre! Pas étonnant que les gens n'arrivent pas à communiquer ici quand on voit les interprétations !
      Dites-moi où vous avez lu que je contestais quoi que ce soit sur ce blog (coût du projet... Rabiniaux,??? ) Lol Faudrait déjà que je sois pro-port , ce qui n'est pas le cas justement!

      Supprimer
  8. 50 ans! deux générations sacrifiées!

    RépondreSupprimer
  9. A voir ou à revoir sur Arte "inondations une menace planétaire"
    Mr Chabot, oserez vous ensuite affirmer droit dans les yeux que " le port de Bretignolles est sans danger" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème des montées des eaux n'est malheureusement pas propre à Bretignolles... "Oserez-vous" dire que c'est le port qui va forcément provoquer des inondations?.. Ce serait trop simple malheureusement.

      Supprimer
    2. OUI en cas de tempête le chenal du port y contribuera et la montée des eaux ne fera que de l'empirer.

      Supprimer
  10. près de 150 personnes seulement à la vallée verte! la population préfère aller aux vœux du maire pour boire un coup plutôt que venir s'informer sur les conséquences pitoyables de son projet mais on est dans quel monde!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est pitoyable, c'est de comparer cette réunion, à La Roche sur Yon, organisée par le comité de NDDL et les voeux du Maire, à Bretignolles.. sans douter un instant de l'intérêt et de l'organisation de cette réunion . Débats contradictoires ou juste informations? Parce là-dessus ce ne sont les extrapolations qui manquent, quant aux conséquences " du projet.
      On peut se demander où étaient les anti-ports alors, ceux qui font autant la morale sur ce thème, dans les commentaires de ce blog.
      Pour infos, il y avait une excellente émission hier soir , à 23h, sur W9 : "2050, climat: peut-on encore éviter le pire?" sur le réchauffement climatique et la montée des eaux , (que Haroun Tazieff prédisait déjà en 1979) .. avec des projections très inquiétantes sur ce qui pourrait arriver en 2050.. dans le monde entier et pas seulement à cause de Chabot...

      Supprimer
    2. on ne fait pas de l'écologie avec de l'argent c'est pas parce que ont va faire payé une vignette sur le pare brise aux automobilistes qu'on va moins polluer! par contre avec des bonnes pratiques on peut le résoudre et éviter des catastrophes plus importantes. Crée un chenal pour faire un port ca va pas dans le sens de la précaution que l'on doit prendre en cas de tempête! vue que le climat qui ne s'arrange pas et tous cela parce que ca va rapporter beaucoup d'argent? si cela rapportait tant d'argent port olonna aurait déjà fait son port à sec! il n'aurait pas eu besoin des fonds récupérés des places qu'il comptait vendre mais faute de demandeurs le port ne s'est pas fait!. Dès lors ce port est inutile et nuisible pour les habitants de brétignolles.

      Supprimer
  11. Résident à La Chaize-Giraud30 janvier 2020 à 16:31

    Tout comme il y a six ans, nous allons voter pour des candidats fléchés pour être délégués communautaires et cela sans connaitre leur positionnement sur les grands sujets de la Communauté des Communes et tout particulièrement celui du port: N'est-il pas préférable d'aller à la pêche?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous allons questionner tous les candidats du Pays de Saint-Gilles début février

      Supprimer
    2. Résident à La Chaize-Giraud30 janvier 2020 à 17:13

      Notre maire n'étant pas et ne pouvant être délégué communautaire, qui sera questionné, le premier adjoint ?

      Supprimer
    3. Le maire de la Chaize Giraud est bien evidemment favorable à la construction d'un port à Brétignolles puique c'est un vassal de Chabot.

      Supprimer
    4. Là n'est pas ma question....

      Supprimer
    5. Désolé,j'ai lu trop vite le commentaire de 16h31...Ceci étant,si c'était le 1er adjoint qui était questionné,cela reviendrait au même que si c'était le maire!

      Supprimer
    6. Ca rappelle une des répliques célèbres de Georges Marchais !
      "C'était peut-être pas votre question, oui mais c'est ma réponse!"
      Interview de Alain Duhamel.

      Supprimer
  12. Surtout pas! de toute façon ils vont devoir se positionner.

    RépondreSupprimer
  13. Vos réflexions sur le coût du projet sont réalistes, car en simulant avec les ratios d'exploitation du port de Saint Gilles qui a 1100 anneaux payants et pas d'emprunt, la recette annuelle des anneaux du port de Brétignolles serait de 2 millions d'euros avec un résultat de 450 000 euros à l'année .
    Il sera donc impossible de rembourser les emprunts sans solliciter pendant des dizaines d'années les contribuables locaux .

    RépondreSupprimer
  14. Jean-Yves, je vous lis avec grand intérêt depuis plusieurs années, j'étais surpris qu'un homme de votre qualité, de votre intégrité intellectuelle, ne se soit pas présenté à l'élection municipale en 2014! Mais quand j'ai appris que vous viviez à Bordeaux, dans une petite échoppe, loin des problèmes de Brétignolles j'ai compris. De nouveau au moment de voter pour le départ de Brem de la CDC, je pensais vous voir vous présenter aux suffrages du peuple ou des villageois (comme disent les gardiens de la Dunes)... Mais non toujours pas ! Alors dernier espoir cette année, je pensais vous voir sur une des 2 listes à Brem, voir tête de liste d'une troisième, anti-port. Mais toujours rien ! Sans doute car vous avez tellement de monde qui veut vous suivre sur une liste , vous n'arrivez pas à offrir une place à chacun, chacune et pour ne décevoir personne, finalement restez tranquillement derrière votre clavier, à dire aux autres ce qu'il faut faire, et nourrir les zadistes. Mais où est la démocratie la dedans ? Ce serez beaucoup plus simple de devenir maire (gènes familiaux je crois) puis conseiller communautaire, puis président de la CDC et de stopper sous les applaudissements nourris de vos milliers d'électeurs en transe, le projet de port !J'espère que pendant vos we en Vendée, personne ne viendra chez vous pour changer le barillet de votre porte, car après 48h ils seront chez eux...Dernière chose, pourriez vous nous donner des infos ou enquêter sur des constructions dans les marais derrière Beaumarchais, en zone humide naturelle non constructible et pourtant ... on y voit des artisans sur des photos satellites avec des camions de couleur reconnaissable. C'est choquant ça aussi mais silence radio sur votre site.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme de 10h23
      Les attaques sur les personnes sont stériles et ne servent aucune cause.

      Supprimer
    2. ce n'est pas la première fois qu'on me parle de ces constructions et je crois qu'il y a même une procédure judiciaire en cours qu'a lancé la mairie. Cela ne doit donc pas être de la fake news. Sam des Lys n'attaque personne, il pose une question que beaucoup de personnes se posent. Sur le marché tout le monde en parle: JY devrait se présenter et oust le port.

      Supprimer
    3. Alors là, lire le commentaire de 11:24 sur ce blog, trop fort et pourtant sur le fond, je cautionne à fond.... J 'ai beaucoup apprécié la façon de le message de Sam était présenté, sans agressivité, un peu d'ironie ou d'humour sans doute, mais rien par rapport aux attaques personnelles très virulentes sur ce blog. Ne reprochez pas aux autres ce que vous tolérez ici.

      Supprimer
    4. Oust le port, de quoi sourire! Il n'habite même pas à Bretignolles et faudrait encore qu'il soit connu pour autre chose que ce blog.. Vous n'avez donc pas confiance pour les elections.. C'est vrai qu'à attaquer à propos de tout, ca discrédite les gens et c'est stérile.

      Supprimer
    5. Que Jean-Yves n'habite même pas à Brétignolles, mais à Bordeaux (dans une échoppe on ne l'avait pas entendu, je crois !), c'est l'argument archi-connu de Monsieur Chabot : le port serait une question uniquement brétignollaise, le port serait même voulu par "80% des brétignollais" a même osé déclarer notre maire à une émission de télévision où personne ne pouvait le contredire sur ce point. Et donc la mairie de Brétignolles aurait tous les droits sur le littoral.
      Mais d'abord, il s'agit maintenant du projet de la communauté de communes, et tout résident principal ou secondaire de la cc est donc directement concerné.
      Mais ensuite et surtout, tout le monde est concerné par la protection de la nature, des littoraux, de la biodiversité, du trait de côte, le respect de la Loi Littoral...

      C'est le choix respectable de Jean-Yves de militer au niveau associatif pour la défense de ces valeurs, et non au niveau politique.
      En gérant ce blog, il permet à chacun de s'exprimer. Il donne des informations intéressantes (par exemple sur le syndicat Auzance-Vertonne, la déviation de Beynac...).
      Il est vrai que cela en gêne certains qui préfèreraient qu'il reste dans sa petite échoppe sans connexion Internet.

      Supprimer
  15. M.JAMES Tignola peut avoir plus précisément le nombre des réservations au port de Bretignolles, car la CdC a dû ouvrir un compte bancaire bloqué pour recevoir les versements de 100 euros de chaque réservation .
    IL est à noter que le nombre de réservations est en diminution constante sur l'ensemble du littoral Atlantique, et que des places seront certainement disponibles au port de Saint Gilles dans les 3 années à venir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a déjà de libres

      Supprimer
    2. En effet les ventes de bateaux vont mal quand on voient le prix des carburants le prix d'un bateau les taxes sur la longueur du bateau et sur la puissance du moteur les assurances bateau et remorque la location à l'année de l'emplacement de place au port et les révisions pour quelques sorties en mer plus l'armement sécurité à jour et enfin la revente du bateau plus dure qu'une voiture cela demmande réflexions! pour info selon un pro port un emplacement à port brétignolles lui coutera 1200euros à l'année chabot fait des prix ou bien il est mal informé !

      Supprimer