Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Depuis le 10 juillet 2020, Christophe Chabot n’est plus président de la communauté de communes, c’est François Blanchet et il a décidé un moratoire sur le projet de port et la création d'une commission de médiation qui fera un bilan le 8 juillet 2021 avant vote des élus communautaires sur la poursuite ou non du projet le 22 juillet 2021. Jugement du Tribunal Administratif du 16 février 2021 : rejet du recours de La Vigie contre le SCoT du Pays de Saint-Gilles, l'association fait appel. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve importante : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . Le 12 janvier 2021, le Tribunal Judiciaire des Sables d'Olonne annule la vente des terrains de la ferme de la Normandelière à la commune. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

lundi 16 décembre 2019

Normandelière et Port Bretignolles : l'abandon du projet est inévitable

C'est le projet 2011 qui va tuer le projet 2018 : l'estimation initiale du coût du projet 2018 ne peut être inférieure aux estimations du coût du projet 2011

Ce qu'il faut retenir du projet 2011 :
- la meilleure proposition financière à l'appel d'offres pour la création du projet de port de plaisance avait été faite par le consortium d'entreprises mené par le Groupe Merceron pour une estimation globale de 38 907 738,66 euros HT (valeur 2010)
- L'appel d'offres avait été jugé infructueux et Christophe Chabot avait mené une négociation exclusive avec le Groupe Merceron pour faire baisser l'estimation globale à 28 919 573,66 euros HT (valeur 2010). 
Deux points avaient été mis en avant, par Christophe Chabot, pour justifier cette nouvelle estimation :
1 - les suites de la crise financière de 2008 avec des entreprises de travaux publics à la recherche de travail, baissant leurs coûts pour maintenir leur niveau d'activités
2 - le compactage des déblais et leur répartition autour des bassins portuaires pour minimiser les coûts

Le projet 2018 n'est pas "substantiellement" différent de celui de 2011, mais l'estimation initiale pour son coût de réalisation ne peut être inférieure sachant :
1 - qu'en 2019, les entreprises de travaux publics n'ont plus à casser les prix pour avoir du travail
2 - que le projet 2018 a des spécificités particulières : un pont levant, des bassins portuaires plus au sud, là où les niveaux de terrain sont plus élevés, là où les roches sont plus présentes et beaucoup plus de mesures compensatoires qu'en 2011.

Il nous paraît évident qu'une estimation financière initiale, pour la création du projet 2018, ne peut être inférieure à 30 000 000 euros HT (valeur 2017) si l'on se réfère aux estimations initiales du projet 2011 (valeur 2017) et que si les promoteurs du projet proposaient une estimation inférieure, elle ne serait pas réaliste au regard des données de 2011.

C'est pourquoi l'abandon du projet de plaisance de Bretignolles est inévitable.


Nota : Petit document intéressant pour détecter les OAB : Offres Anormalement Basses

La Gazette des communes de novembre 2019 - Commande publique . Les offres anormalement basses : détection, gestion, élimination ?

Dans le cas du projet de port de Bretignolles, les OAB seraient faites avec la complicité de la commission d'appel d'offres au service de Christophe Chabot



Commission d'Appel d'Offres de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Personnes titulaires aujourd'hui - si mes informations sont bonnes.
Lionel Chaillot, actuel maire de Landevieille
Michel Bousseau, administrateur de la SEM des Ports du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Jean Grossin, maire de Saint-Maixent-sur-Vie
Lucien Prince, maire de Saint-Révérend
Jacky Mercier (démission fin 2015) puis Alain Brochet (démission début 2016), puis Philippe Bernard, maire de Givrand

Il est à noter que dans cette commission d'appel d'offres, il y a au moins 2 maires qui ne se représentent pas aux prochaines élections municipales de 2020.
Ne faudrait-il pas attendre la mise en place d'une nouvelle commission d'appel d'offres à la communauté de communes, après les élections municipales de 2020, pour traiter les dossiers d'appels d'offres concernant le projet de port de Bretignolles ?

Lire la suite dans Plus d'Infos

Le nouveau projet de port de plaisance au Guilvinec se dessine

Vendée. Les propriétaires du terrain de la Zad portent plainte

Vendée. À Brétignolles-sur-Mer, la Zad cristallise les tensions

Projet de port de plaisance de Bretignolles-sur-mer : stoppons le désastre !

Conseil municipal à Bretignolles du 18 décembre 2019

Bassin d’Arcachon : grosse érosion sur la plage de la Lagune et à la dune du Pilat


Le Marin du 18 décembre 2019Le nouveau projet de port de plaisance au Guilvinec se dessine
 " ... le précédent projet de 836 places lancé il y a plus de dix ans. Il avait été budgété pour 22 millions d’euros (33 millions après un nouveau calcul en valeur 2019), mais avait rencontré une forte opposition d’associations environnementales"
Si la réalisation d'un projet de port de plaisance dans un estuaire prédisposé coûte 33 000 000 d'euros pour 836 places, comment la réalisation d'un port de plaisance sur un site non prédisposé pourrait-il coûter 30 000 000 d'euros pour 915 places.
Soyons sérieux !

Ouest-France du 16 décembre 2019. Vendée. Les propriétaires du terrain de la Zad portent plainte
Les propriétaires du terrain privé sur lequel se tient la Zad ont porté plainte, en accord avec les zadistes

Ouest-France du 17 décembre 2019. Vendée. À Brétignolles-sur-Mer, la Zad cristallise les tensions















La Lettre de FNE Pays de Loire de l'automne 2019 - Projet de port de plaisance de Bretignolles-sur-mer : stoppons le désastre !

Document téléchargeable dans l'article














Conseil municipal à Bretignolles du 18 décembre 2019 - Voir ORDRE DU JOUR


Sud-Ouest du 16 décembre 2019Bassin d’Arcachon : grosse érosion sur la plage de la Lagune et à la dune du Pilat

21 commentaires:

  1. +le coût du dragage du chenal+ le coût du bateau pour faire les liaisons

    RépondreSupprimer
  2. + les 10 millions d'études et 2 millions d'acquisitions foncières. La gestion financière de cette comcom est catastrophique le DGS en est aussi responsable!

    RépondreSupprimer
  3. + les réparations des maisons proches impactees par le dynamitage des roches.
    M. Le maire l’a promis en réunion publique en août 2010.

    RépondreSupprimer
  4. Comme le dicton « quand on aime, on ne compte pas» mais pour ce coup ci c'est l'argent du contribuable "SCANDALEUX"

    RépondreSupprimer
  5. + les impondérables + les surcoûts
    régulièrement constatés sur ce genre de projet pharaonique...

    RépondreSupprimer
  6. + la rallonge qu'ils ont réclamé à la région

    RépondreSupprimer
  7. + l'énorme bordel, poussière, noria de camions, bruits, pollution pendant des années.

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. + la surveillance jour et nuit , 7 jours sur 7 , (pendant combien d'années?), du chantier et de ses abords , par des vigiles privés , police municipale, gendarmerie, gardes mobiles , etc ....

      Supprimer
    2. + quelques « bonnes bouffes dans la gueule »

      Supprimer
  9. Une différence très importante par rapport au précédent projet tient à la nécessité de réaliser une paroi supposée étanche entre la zone humide et les bassins. D'où la réalisation d'une paroi en soil-mixing sur une grande longueur. Coût estimé publié sur ce site en janvier dernier 1 million d'euros.

    RépondreSupprimer
  10. Chabot ne maitrise plus rien et fait prendre des risques.

    Chabot, par l'intermédiaire de son DGs de la CdC nous apprend qu'il a déclaré l'appel d'offre concernant les travaux de la création du port sans suite pour cause d'infructuosité. Infructuosité conséquente aux prix proposés par les soumissionnaires bien au-dessus de l'enveloppe indiquée.

    Le problème c'est que la fameuse enveloppe de 30 millions d'euros avancée pour des raisons politique afin de faire passer la pilule est irréaliste. Nous le dénonçons depuis le début et la commission d'enquête a pris Chabot au mot en faisant du dépassement de cette enveloppe une clause de la levée de déclaration d'utilité publique.

    Chabot a pris un très gros risque.

    - D'une part sa déclaration d'infructuosité est contestable devant les tribunaux car une procédure de passation de marché public ne peut être déclarée infructueuse que si elle a été organisée dans des conditions de nature à en assurer normalement la réussite, notamment par la fixation d’un prix estimatif réaliste. La déclaration d’infructuosité est donc exclue lorsqu’elle a pour but de pallier les carences de l’administration dans l’évaluation de ses besoins.
    Elle serait, dans cette hypothèse, susceptible d’être annulée par le juge. (Conseil d'Etat, 7 /10 SSR, du 29 décembre 1997, 160686).

    Cela risquerait de coûter très cher aux contribuables de la CdC. De cela non plus les maires et conseillers communautaires ne se sont pas souciés.

    - D'autre part même s'il arrivait à négocier un prix initial de marché dans l'enveloppe de 30 millions d'euros:

    o Celle-ci serait considérée comme suspecte et l'entreprise en question pourrait être accusée de complicité de tromperie organisée. Le budget ne pouvant assurément être tenu.

    o Ou le projet serait revu à la baisse et devrait logiquement repasser en enquête publique.

    Chabot avec la complicité de son DGS et son bureau d'étude s'est mis dans une situation inextricable, si ce n'est comme le dit Jean-Yves, par le retrait pur et simple de son projet de port.

    Avec Chabot tout est possible, surtout le pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le retrait pur et simple de son projet de port serait le meilleur, non?

      Supprimer
  11. Le cabinet BRL assurant la maîtrise d'œuvre est le fusible en tant que seul responsable des estimations des coûts des travaux.
    Maintenant, il faut s'interroger pourquoi ce cabinet se suicide de la sorte… sans hypothétiques compensations ?
    A +

    RépondreSupprimer
  12. RIEN DE NOUVEAU

    Tout le monde le savait, opposants comme pro-port, que 30 millions d'euros était une enveloppe qui ne pouvait pas être tenue. Entre autres le préfet le savait bien, mais il s'est empressé de donner toutes les autorisations.

    BRL ne se suicide pas, bien au contraire : quoi qu'il arrive, il aura encaissé de bons honoraires aux frais du contribuable de la communauté de communes.

    Je suis comme Saint Thomas : je ne croirai à l'abandon du projet que lorsqu'une déclaration sera faite par la communauté de communes.

    RépondreSupprimer
  13. + l'augmentation immanquable des impots des citoyens de la comcom

    RépondreSupprimer
  14. Une choses est sur,sans ce blocage Christophe Chabot aurait aujourd'hui ravagé le secteur avec ses bulldozers et le chantier serait peut être maintenant irréversible.

    RépondreSupprimer
  15. Oui j'ai retiré ou supprimé de nombreux commentaires concernant les zadistes afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu actuellement.
    On pointe le comportement des zadistes mais rarement celui de ceux qui distribuent des lettres d'insultes dans les boîtes à lettres, ce sont eux les principaux responsables des tensions à Bretignolles.
    Le site de la Normandelière est une ZAD (Zone A Défendre) depuis longtemps, il y a les moyens utilisés par les associations et La Vigie en particulier pour la défendre, pour empêcher tout massacre environnemental et il y a les moyens des zadistes, pas seulement à Bretignolles, qui ont montré leur efficacité ici et ailleurs quand on a affaire à des élus voyous.
    Contre un grand projet inutile et imposé comme celui du port de Bretignolles, c'était tout à fait prévisible que des zadistes viennent s'implanter à Bretignolles.
    Il ne faut pas se tromper de cible : s'il y a des zadistes à Bretignolles, c'est parce que le projet de massacre de la Normandelière a commencé le 23 septembre 2019 et que le responsable de ce massacre est Christophe Chabot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK J-Y, et complètement d'accord, mais compte-tenu de l'image très défavorable donnée par O-F en particulier, l'opinion publique hors Brétignolles est mal influencée. Il serait peut-être bon que La Vigie essaie d'apporter un rectificatif aux divers articles de O-F précisant en particulier le comportement "pourri" de l'entourage de C.C. ( insultes, lettres anonymes, etc...).

      Supprimer
  16. Tout à fait d'accord avec Jean-Yves.Le seul responsable,c'est C.Chabot.Il est tellement manipulateur qu'il se pose en victime;ne vous y trompez pas,le massacreur,c'est lui.

    RépondreSupprimer
  17. Effectivement, l'apaisement est nécessaire. Et ce d'autant plus que la situation de blocage risque de durer très longtemps, d'ici le jugement de tous les recours... J

    RépondreSupprimer