Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . QUESTIONNAIRE envoyé à tous les candidats aux municipales de 2020. Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie non jugé. Enquête Publique sur le projet de PLU terminée le 18 janvier 2019 - avis de la commission d'enquête favorable avec une réserve : rétablissement d’une coupure d'urbanisation sur le secteur de la Normandelière - approbation du PLU, en rejetant la réserve, en conseil municipal le 23 avril 2019. Nombreux recours contre le PLU. Enquête Publique sur le projet de port de plaisance terminée le 29 septembre 2018 : 5844 observations déposées - avis de la commission d'enquête favorable avec réserves - le préfet de Vendee déclare le projet d’utilité publique et donne les autorisations environnementales le 16 juillet 2019 - Nombreux recours contre les autorisations préfectorales . La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandelière.

jeudi 10 octobre 2019

Normandelière et Port Bretignolles : Christophe Chabot ne veut plus d’une réunion publique !

Ouest-France du 10 octobre 2019. Christophe Chabot ne s’exprimera pas publiquement

Faut pas nous prendre pour des imbéciles :
Nous faire croire que le journal Ouest-France avait mal interprété l’invitation de Christophe Chabot !

Sa réunion publique aurait été perturbée par la présence des opposants et des défenseurs du site, il l’a annulée.

Aujourd’hui, ce sont les opposants et les défenseurs du site qui ont la main, Christophe Chabot doit arrêter son projet de port de plaisance.



Pour Christophe Chabot, Stéphane Buchou, Annick Billon et tous les maires du Pays de Saint-Gilles, une image de « zadiste » très dangereux à Bretignolles.







France Bleu du 10 octobre 2019. En images. La ZAD de Bretignolles compte s’enraciner pour lutter contre le projet de port.
Entre 30 et 90 opposants au projet de port de Brétignolles-sur-Mer, en Vendée, se sont installés sur un terrain de la zone de La Normandelière. Ils comptent s'enraciner et entraver le chantier du futur port de plaisance voulu par le maire de la commune.
Le terrain appartient à un propriétaire privé, qui a refusé de vendre à la communauté de communes. Il doit être exproprié pour les besoins du chantier, mais cela ne se fera pas avant plusieurs mois. Il a toléré l'installation des opposants. "Et s'il les vire, ils peuvent venir chez moi", assure un riverain, voisin de La Normandelière.

16 commentaires:

  1. Il avait forcément prévu une réunion publique , car ce matin il y avait stationné prés du stade 4 voiture et un petit car de gendarmerie stationnés et préts à intervenir
    Quel trouillard !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être est-ce une conférence de presse qu’il veut interdire au public?

      Supprimer
  2. Une réunion publique interdite au public...

    RépondreSupprimer
  3. Il y a bien une réunion ce matin à la Mairie. Certains maires de la CdC sont présents. Par contre l'accès à la Mairie se fait sur invitation. Deux vigiles de la sté Actylium filtrent l'entrée.
    A ce propos, la police municipale ne peut elle pas assurer cette surveillance au lieu de payer des vigiles privés pour surveiller un lieu public ??? On ne posera pas la question de l'imputation budgétaire de cette prestation…
    Pauvre CriCri d'amour, c'est terminé le miel et les abeilles. Il s'enfonce un peu plus chaque jour et cela prouve sa vision à très court terme de la situation qu'il a lui-même instauré avec sa suffisance et sa façon de prendre les gens pour des cons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rétablissement de l'ordre n'est pas dans les attributions de la police du maire... Seulement et éventuellement le maintien de l'ordre en fonction des effectifs.

      Supprimer
    2. Pour qu'il y ai rétablissement de l'ordre, il faut qu'il y ai désordre. J'en ai pas vu devant la mairie. Je ne parle que de contrôle d'accès… mais ça vous arrange de ne pas comprendre et tout de suite d'utiliser des arguments anxiogènes. A+

      Supprimer
    3. Rien d'anxiogène du tout. Ce ne sont que les appellations des différents services des forces de l'ordre.
      Redescendez un peu en pression et contentez vous de répondre paisiblement aux questions posées sans agressivité...(dans la triste limite apparente de vos connaissances, bien sûr)

      Supprimer
    4. Propos irrespectueux, ton hautain et suffisant, ça me rappelle vaguement ceux de l'intérimaire qui occupe le mairie en ce moment… A+

      Supprimer
  4. Commençons à compter combien coûte le projet de Chabot en mobilisant les forces de l'ordre inutilement. Honte à Chabot.

    RépondreSupprimer
  5. Ouest France reçoit une invitation mais pas pour une réunion publique? Du coup l'invit, c'est pour faire un tennis?

    RépondreSupprimer
  6. Est-ce que la mobilisation démesurée de la police municipale puis de la gendarmerie et des sociétés de milices est comptée dans le budget ??? Ils ont sûrement plus intéressant à faire que de surveiller des rebelles ultra-dangereux armés d'arguments -certes pointus- et d'actions mesurées. D'autant que toutes ces personnes mobilisées pour la surveillance ne cautionnent sans doute pas l'assassinat d'arbres, le massacre violent de ce que la nature a mis des années à construire et la prise de risque pour le futur de détruire l'équilibre naturel.

    RépondreSupprimer
  7. Ouest France, le journal partisant, se perd dans les communications capricieuses du prince.
    De ce fait,(du prince) en découle une cacophonie journalistique.
    Le roi de la com et de la comcom n'est plus maître de ses rangs.

    RépondreSupprimer
  8. Chabot veut et cherche à monter les gens les uns contre les autres, il cherche la provocation sans la prononcer pour pouvoir mieux se plaindre ensuite et pleurer ect...

    RépondreSupprimer
  9. Un homme en colère10 octobre 2019 à 16:15

    J'adore cette photo de la personne âgée sur ce tracteur qui vient ravitailler les zadistes. A publier sans modération, elle montre l'union, la solidarité intergénérationnelle. Rien à voir avec celle de Chabot dans son bunker entouré de ses maires et de ses bénis oui oui qui eux sont contraints de le soutenir.

    RépondreSupprimer
  10. Elle est super cette photo de ce monsieur sympa sur son vieux tracteur qui vient apporter des planches aux djeun's !
    Violent ça ???????????????????

    RépondreSupprimer
  11. Quand on cherche le bâton pour se faire battre on le trouve !
    La Zone d'Amitié et de Dialogues (dite ZAD) a volé la vedette au chantier du port. Cool !

    RépondreSupprimer