Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Projet de PLU de Bretignolles en cours d’élaboration, la commune est sous RNU. Nouveau dossier de port de plaisance remis au préfet de Vendee le 16 mars 2018, avis d’enquête publique en août-septembre. Avis de l'Autorité Environnementale diffusé le 30 mai 2018. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandeliere.

jeudi 27 juillet 2017

Normandelière et Christian Praud veut une promenade à la Gachere

Journal des Sables du 27 juillet 2017 - Rives de La Gachere. Le maire présente un projet ambitieux

Christian Praud veut que le public puisse se promener sur les rives de la Gachere, il a raison, les rives doivent être accessibles à tous.
Est-il nécessaire de réaliser une promenade artificielle avec belvédère au niveau du village de La Gachere ?
Si on veut réaliser un sentier sur les rives de la Gachere, pourquoi s'arrêter au village, soyons ambitieux, proposons une promenade qui irait de l'écluse de la Gachere jusqu'aux marais de La Chabossiere. On pourrait alors avoir une vue magnifique sur des paysages totalement différents (dunes, rivière, village, marais, ...) et le projet ne viserait pas simplement les résidents du village de La Gachere.
Petite suggestion : une vidéo montrant qu'il existe un passage naturel au niveau du village de La Gachere serait fort instructive et démontrerait qu'il n'y a pas besoin de créer un passage artificiel.
Je suis prêt à la réaliser et à la mettre en ligne si les résidents de la Gachere sont d'accord. Les commentaires sur Facebook ne laissent pas beaucoup d'espoir !

Le projet de la discorde fait la Une du journal Ouest-France du 28 juillet 2017 : 
Promenade sur pilotis : bataille au bord de l'Auzance
Brem-sur-Mer : une guerre des nerfs pour la Gachere
L'avenir incertain des berges de l'Auzance

Tout ça finira mal.
Les riverains affichent leurs droits, le maire veut sa promenade et promet des travaux pour septembre 2017. La bataille juridique est inévitable.













Correctif dans Ouest-France du 29 juillet 2017







Petits Suppléments

Sud Ouest du 29 juillet 2017. Comme prévu, un recours contre le PLU

Ouest-France du 29 juillet 2017. La région a besoin de commissaires-enquêteurs 

Journal des Sables du 27 juillet 2017 - Fête du Port. Animée par la Banda La 7

La fête du Port de trop. La banda de BVSP a fait un flop.

BVSP fait tout pour que les médias ne diffusent pas d'informations sur cette fête qui n'a pas eu le résultat espéré



3 commentaires:

  1. Pour le dernier carré de bvsp, de plus en plus illusoire de vouloir son port et sa plage en même temps.
    Le public, lui, à compris.

    RépondreSupprimer
  2. Et un aménagement sur les rives du Jaunay, elles devraient, aussi être accessibles à tous....

    RépondreSupprimer
  3. Suite à l’article paru le 28 juillet, Monsieur le Maire souhaite apporter un correctif car certains éléments n’ont pas été indiqués : Ce sont, semble-t-il, d’anciens positionnements de Monsieur HAUTIER, sous-préfet, et de M. GUEDON sur le statut du cours d’eau qui sont évoqués dans l’article et la Municipalité ne les conteste pas. Mais ces deux personnes viennent de confirmer qu’elles n’ont pas été interrogées pour l’article et qu’elles n’ont pas connaissance non plus des éléments nouveaux. Ces éléments que nous avons découvert au travers d’actes et d’archives confirment que les anciennes municipalités depuis au moins 1950 étaient convaincues de la propriété communale de ces berges et donc en accord avec les us et coutumes. A ce titre, la Municipalité considère, au regard de ces éléments de preuve, que c’est la commune qui est riveraine de cette partie limitative du cours d’eau et non les habitants. Ce n’est qu’au nom de sa responsabilité, de la défense du bien public et de l’intérêt général que la Municipalité maintient cette position pour la recherche de la vérité et si en dernier recours ce dossier doit être porté devant la justice pour clarifier les choses, il faudra s’y résoudre. Pour autant, M. le Maire ajoute qu’il ne souhaite en aucun cas alimenter la polémique car le souhait premier de la Municipalité est bien de parvenir à un compromis au nom de l’intérêt général, qui peut aboutir à une régularisation foncière tout en préservant un usage public modéré. C’est dans ce cadre que la discussion continue d’être ouverte afin de trouver la solution la plus satisfaisante pour tous.
    Christian PRAUD

    RépondreSupprimer