Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Projet de PLU de Bretignolles en cours d'examen par les PPA, la commune est sous RNU. Nouveau dossier de port de plaisance remis au préfet de Vendee le 16 mars 2018, enquête publique probablement en août-septembre. Avis de l'Autorité Environnementale diffusé le 30 mai 2018. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandeliere.

mardi 17 janvier 2017

Normandelière et dragage : la polémique enfle avec les articles de Ouest-France

Site Facebook "NON aux rejets à Saint-Gilles-Croix-de-Vie" du 17 janvier 2017. Lire les échanges entre Yannick Sirjean et la ville de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et mon commentaire.

Ouest-France du 17 janvier 2017. Saint-Gilles. Une coulée noire qui inquiète sur la dune de la Garenne

Une semaine après l'incident, le journal Ouest-France fait enfler la polémique en citant à plusieurs reprises : "une coulée noire qui inquiète".

Il faut dire que la diffusion de l'information sur internet a fait un tabac : la vidéo a été vue plus de 100 000 fois sur facebook. Bravo aux sentinelles du littoral.

C'est l'image touristique de Saint-Gilles-Croix-de-Vie qui est écornée.

Les responsables locaux n'ont plus le choix : ils doivent proposer de nouvelles solutions pour le dragage des ports.



















Lire les articles du blog :
Article du 21 février 2016. Un dossier chaud pour la communauté de communes : le dragage des ports avec le communiqué de presse de Surfrider.
Article du 15 mars 2016. La polémique en eaux troubles
Article du 12 janvier 2017. La vidéo qui dérange à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Lire l'arrêté préfectoral du 7 juin 2016 portant prescriptions particulières pour le dragage du port de pêche de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le rejet à la côte ou l'immersion des produits.

L'article de ce jour de Ouest-France le plus important est : Sans dragage, des risques d'inondation


OUI, il faut draguer les ports de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
NON, il ne faut plus rejeter les vases polluées sur la grande plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Les solutions existent, elles sont présentées dans l'article

Pourquoi ne sont-elles pas mises en oeuvre ?
Pour une simple raison économique, elles sont plus coûteuses
C'est l'environnement sacrifié pour des raisons financières,
Aujourd'hui cette manière de faire n'est plus acceptable.




Les incidents répétés sur les opérations de dragage des ports de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, avec les pollutions constatées sur la plage et la dune, auront des conséquences importantes sur le projet de port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer, s'il était présenté en enquête publique.
Dans le dossier de port de plaisance soumis à l'enquête publique de 2011, le dragage n'avait pas fait l'objet d'études particulières, il était simplement noté que les rejets se feraient directement en mer, au large de la Normandelière.
Si un nouveau dossier de port de plaisance était porté à l'enquête publique, il faudrait que d'autres solutions soient proposées. Dans une présentation précédente, Christophe Chabot a laissé entendre que les boues de dragage des bassins portuaires seraient traitées à terre. Les bassins portuaires étant fermés, il faudrait probablement faire 2 opérations de dragage par an (voir le commentaire de Bernard Delion sur facebook). L'article de Ouest-France donne une idée des coûts des opérations de traitement à terre, c'est plus d'un million d'euros ("plus que le chiffre d'affaire du port" !)
Ces informations importantes communiquées par Bruno Vincent et François Blanchet devraient faire réfléchir ceux qui pensent encore qu'un port de plaisance sur le site de la Normandelière serait source de profit pour la collectivité.
Pour les grands projets d'aménagement, ce qui est important pour la collectivité, c'est le coût de possession. Pour le port de Brétignolles, compte tenu du coût des opérations de dragage, le coût de possession serait rédhibitoire.

Petit Supplément

Un appel d'offre est en cours pour le dévasage du port de plaisance de Jard sur Mer.

Lire la suite dans Plus d'Infos

Lors de l'enquête publique de 2011 sur le projet de port Brétignolles, BRL avait occulté toute étude sérieuse sur l'impact environnemental du dragage du chenal et des bassins portuaires.

L’ogre océan ou l’érosion de la côte atlantique

Amendement de la loi Littoral : Manche Nature réagit.

Les  meilleurs vœux de «Demain Bretignolles» pour cette nouvelle année 2017 .

Notre Dame des Landes : des expropriations caduques

Face à la crise des anneaux, les ports optimisent les places

Le rêve de Christophe Chabot pour le littoral Brétignollais


Lors de l'enquête publique de 2011 sur le projet de port Brétignolles, BRL avait occulté toute étude sérieuse sur l'impact environnemental du dragage du chenal et des bassins portuaires, se contentant de retenir la solution la plus économique



















France 3 Aquitaine - mis à jour le 17 janvier 2017 :  L’ogre océan ou l’érosion de la côte atlantique
De l’île de Ré à la frontière espagnole, le film raconte l’histoire des hommes qui font face à plus fort qu’eux et doivent céder le terrain qu’ils avaient cru pouvoir occuper contre les éléments
A VOIR ABSOLUMENT : Le film réalisé par Eric Moreau

Ouest-France du 16 janvier 2017. Amendement de la loi Littoral : Manche nature réagit
" Cette loi n’est pas seulement une loi de protection des paysages, rappelle Manche Nature. Née des erreurs passées, elle encadre l’urbanisation du littoral pour préserver la nature et l’homme. "
Manche nature ose espérer que le texte " sera rejeté par les députés. La loi est censée être l’expression de la volonté générale " : un sondage Ifop (2014) faisait état de l’opposition " de 91 % de la population française à l’assouplissement de la loi Littoral ".

Les  meilleurs vœux de «Demain Bretignolles» pour cette nouvelle année 2017 .

Ouest- France du 18 janvier 2017. Notre Dame des Landes : des expropriations caduques
D'anciens propriétaires sont en droit, à partir d'aujourd'hui, de réclamer la restitution de leurs biens dans la Zad, puisque le projet d’aéroport n’a pas commencé.

Midi Libre du 18 janvier 2017. Face à la crise des anneaux, les ports optimisent les places
"Les arrêtés d'extension n'existent presque plus .... les gens veulent des vrais résidences sur l'eau ...."

















Le rêve de Christophe Chabot pour le littoral Brétignollais


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire