Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Projet de PLU de Bretignolles en cours d'examen par les PPA, la commune est sous RNU. Nouveau dossier de port de plaisance remis au préfet de Vendee le 16 mars 2018, enquête publique probablement en août-septembre. Avis de l'Autorité Environnementale diffusé le 30 mai 2018. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandeliere.

vendredi 9 juin 2017

Normandelière et fin de la campagne électorale des législatives : langue de bois ou pas !

Le questionnaire envoyé aux candidats aux élections législatives de la 3ème circonscription de Vendée

Les réponses des candidats au questionnaire

Les députés ont pour mission principale de nous représenter à l'Assemblée Nationale pour voter les lois et pour contrôler le gouvernement et j'ajouterais, ont aussi pour mission de défendre les intérêts de la population de leur circonscription.

Le député de la 3ème circonscription de Vendée qui nous représentera à l'Assemblée Nationale devrait s'intéresser aux grands projets d'aménagement de sa circonscription et prendre position sans aucun parti pris, sans aucune pression politique avec comme seul critère : le respect des lois existantes (Loi Littoral, Loi sur l'Eau, Loi sur la biodiversité, ...) et l'intérêt général.
Comment pourrait-on aller voter des lois à Paris et soutenir, en Vendée, des projets d'aménagement qui ne respecteraient pas les lois ?

Pour que chacun puisse se faire sa propre opinion, nous donnons, ci-dessous, les réponses des candidats à la question n°4 : "Le projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière, à Brétignolles-sur-Mer, est-il un projet d'aménagement durable que vous soutenez ? Si non, quelles alternatives à ce projet proposez-vous pour créer de nouveaux emplacements portuaires ou pour libérer des places existantes sur le littoral de la 3ème circonscription ?"

Alain Darmey - France Insoumise
Notre écosystème global est entré en état d’urgence écologique, et c’est à partir de ce constat que nous devons faire entrer la règle verte dans la Constitution. Cette règle impose notamment la préservation de la biodiversité en imposant l’interdiction des destructions et le refus d’appropriation des écosystèmes. Cette règle impose l’obligation d’un bilan écologique global pour tout projet d’aménagement, comprenant ses conséquences en matière d’empreinte écologique notamment. De fait, la priorité est donnée à  l’intérêt écologique sur l’intérêt économique.
Un projet de port dans un environnement écosensible au regard de ces principes pourrait, dans le cas de Bretignolles-sur-Mer, ne pas être compatible avec la règle verte et donc non envisageable.
Des éléments de réponse concernant la part de la plaisance sont également contenus à la réponse n°3 ci-dessus. 

Anthony Pitalier - PS
Au regard de ce que j'ai pu lire, je ne suis pas favorable à la création d'un nouveau port de plaisance. Le projet a échoué, car comme d'habitude les citoyens n'ont pas été associés en amont. Et par souci pour la préservation de notre littoral, je n'y suis pas favorable. Si le projet a échoué, c'est que c'était un mauvais projet!

Corentin Dattin - Allons Enfants
Je n'ai pas d'avis sur cette question. De plus, elle n'est pas du ressort d'un député : le projet de port de la Normandelière concerne les communes, le Département ou la Région. Il serait démagogique de ma part de d'apporter une réponse sur un sujet qui n'est pas de ma compétence

Corinne Fillet - FN
Je suis fermement opposée à ce projet, non seulement pour des raisons écologiques mais aussi financières. La ville est dans une situation de dette qui inspire la précaution avant de dépenser plus de 40 millions dans ce projet qui n’intéresse qu’une frange infime des habitants de la communauté de communes du pays de Saint Gilles Croix de Vie. 
En passant d’un projet communal à intercommunal, Mr le Maire de Brétignolles sur Mer a oublié un petit détail : l’approbation des habitants sur ce projet. 
Je vais demander l’organisation d’un référendum dans la communauté de communes pour connaitre si oui ou non les habitants des communes qui ne sont pas sur le littoral sont d’accord pour que leurs taxes financent un projet qui ne les concernera pas directement.
Je pense que ce projet a été engagé sans concertation avec la population et le fait d’avoir été élu n’est en aucun cas un référendum validant le projet, surtout avec le flou artistique qui entoure son financement.
Les marins doivent être entendu sur ce projet et ils sont nombreux a montrer la dangerosité pour entrer et sortir du port, ce qui mettrait des vies en danger pour des plaisanciers. 
Les ports-à-sec sont une option viable et offriraient une véritable solution alternative.

Florence Pineau - LR
Un projet de port qui serait exemplaire sur le plan environnemental et qui recueillerait un avis favorable de la commission d'enquête aurait naturellement mon soutien dans un département qui a l'honneur d'héberger le premier constructeur mondial de bateaux de plaisance. Elue d'Olonne, je suis également attachée à ce que tout projet sur le littoral n'ait pas d'impact défavorable sur l'engraissement de la plage naturelle olonnaise.

Jean-François Marre - UPR
Le projet de port a reçu un refus de l'Etat. Il ne parait pas possible d'aménager un port au vu de son impact sur l'environnement du site d'implantation. L'économie du tourisme doit être soutenue mais pas au dépend du vivre ensemble et de l'environnement. D'autres alternatives aux aménagements irréversibles existent pour libérer des espaces de plaisance comme les ports à sec.

Laurent Akriche - EELV
En ce qui concerne LE PORT de Bretignolles , EELV s’est toujours prononcé CONTRE  ce projet et n’a pas changé d’avis sur le sujet ( destructeur , nuisible à l’environnement…) 
envisager de développer sur les ports actuels vendéens des ports à sec ( stockage en hauteur pour un gain de place) poursuite de la protection des eaux des ports par la prévention des pollutions  auprès des plaisanciers 

Stephane Buchou - LREM
La mission d'un député n'est pas de se substituer aux acteurs des collectivités territoriales. La mission d'un député, telle que je la conçois, telle que j'entends la mener si je suis élu, consiste à être l'outilleur des acteurs politiques et sociaux du territoire. Les lois, les procédures de conduite des grands projets (enquêtes d'utilité publique, consultations populaires -référendums locaux-, recours judiciaires -justice civile, justice administrative-...) sont des outils au service des élus, de la population.
Le parlementaire est donc celui qui élabore l'outil et son mode d'emploi. L'ayant fait il ne peut décemment pas, revenant de Paris, se présenter aux acteurs locaux, aux populations locales, en disant : "voilà ce que vous devez faire de l'outil que j'ai contribué à construire". L'outil existant c'est aux acteurs locaux de le faire vivre. C'est une des raisons pour lesquelles je suis particulièrement favorable à la loi sur le non-cumul des mandats.
Conclusion, logique : dès lors que les procédures ont abouti, la décision finale s'impose. Sauf fait nouveau particulièrement important qui justifie une reprise du processus.
Quant aux autres options pour la création de places de port, elles sont limitées. La côte de la circonscription ne possède pas d'autre site naturel susceptible d'abriter un port, à part la création d'un port en eau profonde devant Sion-sur-l'Océan. Hypothèse conjecturale au regard de l'évolution qui ressort de la question 3. Reste le développement des ports à sec, qui relève des autorités locales : élus, gestionnaires d'équipements portuaires...

Noël Faucher - Divers droite
Pas de réponse au questionnaire malgré une promesse
Bruno Retailleau, Yves Auvinet, Christophe Chabot, Laurent Boudelier, François Blanchet, .... soutiennent Noël Faucher et se sont prononcés pour le projet de port de plaisance de Brétignolles. Ceci explique peut-être cela.

Caroline Pottier - PCF
Jean-François Nicolas - LO
Catherine Bessonnet - Debout la France
Pas de réponse

A chacun de se faire une opinion et de décider.

1 commentaire:

  1. La réponse de M. Stéphane Buchou (LREM) est assez surprenante. Sans doute un élu national doit construire des outils, plus précisément des lois. Mais ces lois ne sont pas neutres. Elles sont pensées et conçues dans un but, vers des objectifs. Exemple la loi littoral : l'urbanisation des dents creuses proposée par le Sénat est-ce un éventuel outil anodin?
    Alors, puisque nous sommes dans les outils, demandons à M. Buchou s'il envisage d'en créer pour faciliter ou non la création d'un port de plaisance tel que celui de Brétignolles ?

    RépondreSupprimer